Koro : Un cadre construit une école et des logements pour maîtres
  • Accueil
  • Région
  • Koro : Un cadre construit une école et des logements pour maîtres

Koro : Un cadre construit une école et des logements pour maîtres

dimanche, 03 juin 2018 01:07

D'un coût de plus de 45 millions de Fcfa, ces bâtis sont l'œuvre de Bakayoko Laciné, opérateur économique et cadre du Bafing. Pour qui il faut partager lorsque Dieu te fait la grâce.

Koro : Un cadre construit une école et des logements pour maîtres

Le village de Boro-Borotou dans la sous-préfecture de Koro a désormais une école primaire de six classes, une cantine scolaire et des logements pour maîtres.

D'un coût de plus de 45 millions de Fcfa, ces bâtis sont l'œuvre de Bakayoko Laciné, opérateur économique et cadre du Bafing. Pour qui il faut partager lorsque Dieu te fait la grâce. « C'est un sentiment de joie qui m'anime lorsque je partage avec mes parents ce que je gagne. Nos petits frères et sœurs sont là, ils ont droit  à l'école tout comme les enfants d'ailleurs. C'est pourquoi j'ai décidé de doter le village d'une école car l'éducation est la base de tout développement», a dit le donateur.

Il a ensuite invité les autres cadres à lui emboîter le pas. «Il faut qu'on ait l'esprit de partage et l'amour de chez nous car nul ne viendra développer notre région à notre place. C'est pourquoi je salue le ministre Mamadou Sanogo qui nous donne de sages conseils et nous encourage chaque fois à venir investir au village. Je lance un appel pressant à tous les cadres de s'unir autour de lui pour sortir la région de sa léthargie». Et de terminer pour inviter les parents à scolariser tous les enfants.

«Je demande aux parents de scolariser tous leurs enfants y compris les filles. Il faut donner à chacun la chance de réussir. Nous les cadres feront notre part, il les appartient de nous encourager à les aider en inscrivant tous les enfants à l'école», a-t-il lancé.

Notons qu'il a offert une tonne de sucre et du numéraire aux populations de cette localité le vendredi 1er juin 2018. Car pour lui, «le mois de ramadan est certes un mois de partage mais aussi et surtout un moment pour encore rechercher la bénédiction des parents ».

YAHAYA KARAMOKO

CORRESPONDANT REGIONAL

 

Lu 246 fois Dernière modification le dimanche, 03 juin 2018 02:40