• Accueil
  • Région
  • Guemon/Culture du café-cacao: Les producteurs sensibilisés à l'agroforesterie

Guemon/Culture du café-cacao: Les producteurs sensibilisés à l'agroforesterie

mercredi, 11 septembre 2019 16:53
Guemon/Culture du café-cacao: Les producteurs sensibilisés à l'agroforesterie Crédits: DR


La ville de Duekoué a reçu le projet pilote de promotion de l'agroforesterie en caféiculture et en cacaoculture, le jeudi dernier.

En effet, l'amélioration des conditions écologiques du café et du cacao fait partie des priorités de l'État de Côte d'Ivoire. D'où la nécessité d'inciter les producteurs à l'agroforesterie afin de rendre plus viable ces deux cultures de rente. Des mesures, notamment l'adoption d'une politique de préservation et de réhabilitation et d'extension des forêts, ont été prises.

Mme Assamoi Kadjo, chef de service appui au projet de recensement agricole a, dans sa communication, insisté sur les avantages de pratiquer l'agroforesterie.  « La pratique de l'agroforesterie va permettre de préserver les conditions écologiques de production du café et du cacao. Avec l'agroforesterie, notre sol redevient mieux fertile et nous préservons notre environnement en contribuant à la reconstitution du couvert forestier. Elle va aussi permettre de défendre l'image de notre café-cacao sur le plan international. Nous souhaitons atteindre plus de 1 million d'arbres sur trois ans », a-t-elle développé.

L'émissaire du directeur général du Conseil du café-cacao a appelé les producteurs à une synergie d'actions pour permettre la durabilité de la filière.  « Nous avons tous intérêt à nous inscrire dans cette nouvelle culture. Nous devons changer notre façon de faire désormais. L'agroforesterie est le meilleur moyen pour rehausser l'image du cacao ivoirien et booster notre production. Ne laissons pas qui que ce soit ternir l’image de notre cacao et notre café », a-t-elle souhaité.

Le capitaine Don Sun Sunda, directeur à la promotion de la foresterie a, pour sa part, expliqué le nouveau code forestier. Selon lui, l’état actuel du couvert forestier a atteint un taux de dégradation de 90% de la superficie perdue depuis le XXe siècle. Il a indiqué que les dégradations sont dues à plusieurs actes, notamment les feux de brousse, le sciage à façon l’exploitation artisanale du bois, l’orpaillage clandestin, l’insuffisance de l’application des textes, les faiblesses des effectifs. Pour lui, l’agroforesterie qui est un élément clé de la préservation de la forêt, va donner une plus-value au couvert forestier ivoirien.

Le préfet de Kouibly, Yao N'Dry Adolphe a, au nom du préfet de Duékoué, salué les échanges fructueux de cet atelier. Il a cependant exhorté les producteurs à s'approprier chacun ce projet.  

Saint-Tra Bi