• Accueil
  • Région
  • Festival du Senang : Le maire de Korhogo souhaite son extension à d’autres cultures

Festival du Senang : Le maire de Korhogo souhaite son extension à d’autres cultures

dimanche, 03 novembre 2019 16:47
Alexis Sékongo (1er plan), promoteur du Festival, salue les autorités traditionnelles Alexis Sékongo (1er plan), promoteur du Festival, salue les autorités traditionnelles Crédits: DR

La 5è édition du festival culturel et touristique dénommé  Sénang, créé pour contribuer à la sauvegarde et à la promotion de la culture Sénoufo, s’est refermée le samedi 2 novembre 2019, à Korhogo, sur un appel du maire de la commune, Lazani Coulibaly, en faveur de son ouverture à d’autres cultures.

Coulibaly a déclaré à l’occasion que « notre souhait est que vous puissiez vous frotter aux autres cultures en invitant des Akan, des Yacouba, des Gouro, des Bété, des Abron et tous ceux qui ont de la culture comme nous pour que le brassage culturel voit le jour à Korhogo ».

Puis il a renchéri, « il faut faire en sorte que dès la prochaine édition, au soir du dernier jour, tous les ivoiriens se rassemblent pour déstresser, chacun selon sa région, avec sa danse, sa musique, sa cuisine et ses vêtements, pour que l’on sache qu’en Côte d’Ivoire la culture est multiforme, mais qu’en Côte d’Ivoire nous sommes un ».

Selon lui, en orientant le Sénang vers ce brassage culturel, le promoteur, Alexis Sékongo, ne ferait que justifier le prix d’excellence du meilleur promoteur de l’intégration africaine, reçu le mardi 6 août 2019 des mains du Président de la République Alassane Ouattara.

Pour sa part, M. Sékongo a fait part de son ambition de hisser le festival au rang des plus grands festivals culturels d’Afrique.

Placé sous le thème : « La culture Sénoufo, facteur d’intégration des peuples et de développement durable », cette 5ème édition du Sénang a rassemblé pour la première fois toute la communauté Sénoufo du pays avec des représentants venus des régions du Hambol, du Tchologo et de la Bagoué pour communier avec ceux du Poro à Korhogo. Celle du Mali, du Burkina Faso et du Ghana étaient également représentées.

Ouvert le 24 octobre, ce festival aura permis aux visiteurs, plus de 5000, de découvrir ou redécouvrir différents groupes artistiques traditionnels en prestation, des danses du terroir, la cuisine Sénoufo authentique, la médecine traditionnelle encore pratiquée par les chasseurs dozos, etc.

Selon les organisateurs, 17 chefs de canton dont celui de Korhogo, garants de la tradition Sénoufo, ont honoré cette cérémonie de clôture de leur présence.

(AIP)