• Accueil
  • Région
  • Bonoua : La mobilisation de l’épargne rurale féminine au centre des préoccupations

Bonoua : La mobilisation de l’épargne rurale féminine au centre des préoccupations

dimanche, 12 novembre 2017 23:24
Bonoua : La mobilisation de l’épargne rurale féminine au centre des préoccupations Bonoua : La mobilisation de l’épargne rurale féminine au centre des préoccupations Crédits: DR

La pauvreté des femmes en milieu rural causée par l’absence de revenus est à la base de la vulnérabilité de cette frange de la population.

C’est en tout cas le constat fait par les responsables d’un organisme de micro crédit de la place. La réalité de cette situation a interpelé ces derniers qui ont fait le pari de lutter contre le mal.

Pour y parvenir, ils viennent d’initier une série de visites de sensibilisation suivies d’ateliers de formation à l’intention de ces femmes dans la région du sud comoé.Du lundi 6 novembre au mardi 7 novembre, ils ont formé une trentaine de femmes venues des villages de la sous-préfecture de Bonoua. C’était à la salle polyvalente de la mission catholique de ladite localité. Les modules de formation ont porté sur  l’identification des activités rentables à court terme, la recherche du petit financement, la comptabilité simplifiée et l’épargne.

Au dire de M. Romuald Adou Anoh, le président du comité crédit de la structure de micro crédit, « il apparait plus que nécessaire aujourd’hui de former les femmes du milieu rural à leur prise en charge par elles-mêmes ».Parce que, justifie-t-il, les nombreuses tentatives d’aide et d’assistance aussi bien internes qu’extérieures n’ont pas donné les résultats escomptés. Jusqu’à ce jour, déplore-t-il, « nos braves femmes des campagnes vivent dans la précarité du fait de la pauvreté qui règne en leur sein ».

Et pourtant, elles pourraient s’en sortir avec le minimum de formation. Pourvu qu’elles sachent orienter et gérer les résultats de leurs efforts, a-t-il conclu. C’est donc pour combler ce vide que les 33 femmes de la localité ont reçu les rudiments qui leur permettront désormais de se trouver les activités appropriées, les gérer au mieux et surtout épargner pour un mieux-être.

Au sortir de l’atelier de formation, les participantes se sont dites satisfaites des conseils et orientations reçus. D’utiles indications qui devraient leur permettre, àl’image de dame Boua Catherine Adjman de « mieux profiter de la commercialisation » de leurs produits de vente. En tout état de cause, les participantes sont convaincues que « les choses ne seront plus comme avant ». Surtout que ‘Nova Cred’ a décidé de les appuyer sur la voie de la recherche de financement.

ARSENE KANGA

CORRESPONDANT REGIONAL

Read 188 times Last modified on dimanche, 12 novembre 2017 23:26