• Accueil
  • Région
  • Abengourou : Le véhicule du directeur de la banque attaquée, retrouvée à Daoukro

Abengourou : Le véhicule du directeur de la banque attaquée, retrouvée à Daoukro

mardi, 04 février 2014 17:51
Le siège de la Bicici à Abengourou Le siège de la Bicici à Abengourou Crédits: Zéphirin Nango

Les bandits ont continué jusqu’à la localité d’Apprompronou (32 km au nord d’Abengourou) avant de bifurquer ensuite sur l’axe routier menant à Daoukro. C’est dans ladite localité qu’ils ont, finalement, abandonné le véhicule braqué pour se fondre dans la nature.

Abengourou : Le véhicule du directeur de la banque attaquée, retrouvée à Daoukro

Trois jours après l’attaque perpétrée par des malfaiteurs à la Bicici à Abengourou, le véhicule du directeur de la structure bancaire (qui avait été emportée) a été retrouvé par les enquêteurs. Et ce, dans la localité de Daoukro au Centre-Est du pays.

De source policière, on note que les malfaiteurs, après leur hold-up, ont franchi tranquillement le corridor nord de la ville d’Abengourou à bord du véhicule du directeur de la banque. Le véhicule en question dont l’immatriculation ne nous a pas été révélée, est de type personnel de couleur marron et de marque Peugeot.

Les bandits ont continué jusqu’à la localité d’Apprompronou (32 km au nord d’Abengourou) avant de bifurquer ensuite sur l’axe routier menant à Daoukro. C’est dans ladite localité qu’ils ont, finalement, abandonné le véhicule braqué pour se fondre dans la nature.

Sur ce braquage enregistré le 31 janvier dernier peu après 15 h, de graves défaillances au niveau des agents de la sécurité de la structure bancaire, ont été notées par les enquêteurs.

De fait, les agents en question, dans des comportements de plus en plus familiers face aux clients, avaient totalement baissé la garde. Laissant finalement entrer tous les visiteurs sans la moindre palpation.

Une erreur qui a permis aux 4 bandits d’accéder à la banque avec leurs armes et de neutraliser le seul vigile en arme. Approché, les responsables de la banque n’ont toujours pas révélé le montant du préjudice financier subi. Les bandits sont toujours en cavale.

Zéphirin Nango

Correspondant régional