Le président de l’Union pour la Côte d’Ivoire, Gnamien Konan, œuvre pour que son parti soit le N° 1 en Côte d’Ivoire.

Une des cinq images récentes de Charles Blé Goudé prises à 20 heures (Gmt), ce mercredi 12 mars, sur la page officielle Facebook du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur et la Sécurité, Hamed Bakayoko. "Aucune tentative de manipulation de l'opinion ne peut résister à la réalité des faits. Même les pires criminels ont des droits", Hamed BAKAYOKO. Avant le ministre Bakayoko, le porte-parole du gouvernement avait qualifié de "montage grossier", les images qui ont circulé sur la toile où l'on apercevait un Blé Goudé barbu tenant une bible et une éponge.

Pour finir, le Chef de l’État a indiqué qu’il aurait pu passer la période de sa convalescence en France « tellement les choses se  passaient bien ici. Mais je crois que j’avais envie de vous revoir tous et je suis là. »

En plus de la décision de ce mercredi, il faut noter que cela fait la sixième fois que la Cour examine la question de détention de M. Gbagbo.

« Le Premier ministre, chef du gouvernement, est chargé de l’exécution du présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République de Côte d’Ivoire », a  précisé Amadou Gon Coulibaly.

« Bon retour parmi nous », « prompt rétablissement président », pouvait-on entendre dans la haie d’honneur dressée par le personnel civil et militaire de la présidence pour acclamer et saluer le Chef de l’Etat Alassane Ouattara.

Pour sa part, le Président béninois exprimant sa joie d’être reçu par son homologue ivoirien, a indiqué: « c’est toute une région et même toute l’Afrique qui suivait le séjour de mon cher aîné le Président Ouattara. »

A la presse, l'émissaire du Président Jammeh a indiqué être en Côte d’Ivoire pour traduire de vives voix les différentes prières du peuple gambien au Président ivoirien pendant sa maladie.

« Les domaines de l’intégration sous-régionale s’intensifient », a fait remarquer M. Amichia. Ces domaines, a-t-il dit, s’étendent non seulement aux domaines monétaire, économique, politique mais aussi diplomatique et sécuritaire.

 

 

 

Pour Laurent Akoun, secrétaire général du Front populaire ivoirien (Fpi), ce rapport rend compte de « notre propre turpitude ». « Il s’agit de notre propre histoire qui nous est rapportée par d’autres regards », a-t-il dit.