M. Blé Goudé est poursuivi pour au moins quatre chefs d’accusation: meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains, commis entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011. Le mandat d’arrêt le visant a été rendu public fin septembre-début octobre 2013.

Selon ce communiqué, le Fpi expliqueque cette convocation est liée, entre autres, au transfèrement de Blé Goudé Charles à la Cour pénale internationale (Cpi), au blocage du dialogue direct et l’interpellation récentede certains de ses militants.

Quel bilan pouvez-vous dresser des deux ans du Président Ouattara à la tête de la Cedeao?
C’est un bilan largement positif au point que ses pairs lui ont demandé de bien vouloir accepter un troisième mandat. Je pense que c’est la preuve tangible que ce mandat a été une réussite parfaite. Et que le Président Alassane Ouattara a répondu aux attentes des peuples qui composent la Cedeao et à celles de ses pairs, Chefs d’Etat. C’est vraiment un honneur pour notre pays. Alors, quel est le bilan ? Très rapidement, Le Président de la République, Alassane Ouattara,  a montré que pour faire avancer l’intégration régionale, il était nécessaire de faire respecter un certain nombre de principes démocratiques.

« En transférant Blé Goudé, la Côte d’Ivoire démontre qu’elle coopère à nouveau avec la Cpi même si la justice ivoirienne avait légitimement engagé des poursuites contre lui », a dit pour sa part  Me Drissa Traoré, vice-président de la Fidh.

 

 

 

Remis à la Cour pénale internationale (Cpi) ce samedi 22 mars, l’audience de première comparution  de Charles Blé Goudé aura lieu sous peu. « La date et l’heure de l’audience de première comparution seront annoncées par un avis aux médias et sur le compte Twitter de la Cour », indique l’Unité des affaires publiques de la Cour. Quant au bureau du procureur de la Cpi, il a dans un communiqué que nous publions en intégralité souligné que le transfèrement de Charles Blé Goudé n’est pas la fin du travail de la Cpi en Côte d’Ivoire.

 

 

 

« Nous allons, avec le greffe de la Cpi, voir dans quelle mesure cette décision va connaître rapidement une exécution », avait promis, le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, des Droits de l’homme et des Libertés publiques, Mamadou Gnénéma Coulibaly.

 

 

Taha Osman a indiqué qu’au regard des nombreux chantiers en cours en Côte d’Ivoire, « ce pays retrouve sa place dans le concert des nations. Cela est à encourager et à féliciter ».

Diffusée le jeudi 20 mars, à l’attention des médias, la Cour souligne qu’elle va « travailler avec les autorités ivoiriennes pour réaliser cette remise et ce transfert ».

Le jeudi 20 mars 2014, un Conseil des Ministres s'est tenu de 11h à 12h45, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l'État.

Pour le président du Fpi, « le Rgph est une opération essentielle dans un État moderne. C’est un outil important de gestion et de planification. L'exécution de l'opération nécessite donc un environnement favorable ».