POLITIQUE

À chacune des étapes de la visite d’Etat qu’il a entamée, du 1er au 4 mai, dans la région du Tonkpi, le Président de la République, SEM. Alassane Ouattara, n’a pas arrêté d’interpeller tous les maires et présidents des conseils régionaux issus des derniers scrutins électoraux du 21 avril dernier.

Revenant sur la procédure judiciaire entamée sur l’assassinat du Général Guéi Robert, le président ivoirien a indiqué que la lumière sera faite sur les autres cas.

Evoquant sa visite d’Etat dans la Région du Tonkpi, qu’il a qualifiée de fructueuse, le Chef de l’Etat a souligné qu’elle lui aura permis d’aller à la rencontre des populations, de recueillir leurs préoccupations et leurs doléances et de se rendre compte lui-même des projets déjà réalisés, de relever les travaux restant et les moyens à mettre en œuvre pour les achever.

Faut-il le noté, la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, le vendredi 3 mai dernier,  a inspiré le président qui s’est appesanti sur le sort des journalistes. Ainsi, le classement de la Côte d’Ivoire qui est « remonté très fortement », selon Reporter sans frontières (Rsf) n’a pas échappé à l’analyse du président Ouattara.

Le Pdci et d’autres partis dont le Rdr sont en alliance, au sein du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), qui a permis de remporter l’élection présidentielle de novembre 2010.

Ces trois journalistes auront à charge désormais la gestion des collectivités territoriales où leurs listes ont remporté la victoire.

Cette réunion d’urgence de la Cei est annoncée, en vue d’analyser la situation de violence postélectorale des municipales et régionales couplées du 21 avril dernier.

Le mercredi 24 avril 2013, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10 h à 11h30 au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.

Le Front populaire ivoirien maintient la sanction prise contre ses militants qui ont contrevenu au mot d’ordre de boycott des élections du 21 avril.

[24-04-2013. 20h00] Je regrette cette explosion de colère des populations. En effet, nous avons pris toutes les dispositions pour éviter pareille situation.