« En reprenant la tête de la Jfpi, je suis conscient des enjeux et des défis qui m’attendent. Je sais le travail abattu par Koua Justin et je m’engage dans la même ligne du combat tel qu’il l'a mené », a-t-il dit.

 

 

 

 Selon correspondant de Fratmat.info, il s’agit en grande partie de femmes et enfants.

Décrivant l’atrocité avec laquelle ces personnes ont été tuées, il souligne avoir vu des personnes décapitées, brûlées vives. Avant d’ajouter qu’il a assisté à l’inhumation de quatre victimes dans leurs cours. Selon lui, la psychose règne toujours dans le village.

Selon Komenan Maurille, président de l’Apd, la tenue de cette opération contribuerait à décrisper le climat socio-politique dans le pays.

Dès cette attaque, les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ont "renforcé" leurs positions dans la localité.

 

 

 

Au souhait des populations de Loviguié de voir les Frci quitter leur zone, il a soutenu que cela se justifiait. Puisqu’en 14 mois, dira-t-il, il y a eu sept (7) attaques dans la région de l’Agneby-Tiassa.

 

 

 

Ce courant de la Jfpi qui dit ne pas comprendre le refus de Koua Justin de céder son fauteuil, pense qu’il est soutenu dans cette forfaiture par des membres de la direction nationale.

 

 

 

L’Ascad souhaite également que la Commission électorale indépendante (Cei) soit dotée de moyens pour son indépendance organique et financière. « Les textes régissant la Cei doivent être  consensuels de toutes les parties  prenantes », lit-on dans le communiqué final.

Réunies  au cours de la cérémonie de célébration officielle de la Journée internationale de la femme (Jif 2014), les femmes avec à leur tête la ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Anne Désirée Ouloto, avaient revendiqué l’accès au corps d’élite de la gendarmerie aux femmes ivoiriennes. « C’est désormais chose acceptée », a dit le ministre Koné Bruno.

 

 

 

Le mercredi 14 mai 2014, un Conseil des Ministres s’est tenu de 10h30 min à 12h50 min, au Palais de la Présidence de la République à Abidjan, sous la présidence effective de Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République, Chef de l’État.