POLITIQUE

Les Présidents ivoirien et nigérian ont longuement échangé, hier, avec la classe politique togolaise.

Par ailleurs, Fatou Bensouda a rappelé que le bureau du procureur avait introduit une demande de travail avec les autorités ivoiriennes pour avoir une réponse concernant le cas Simone Gbagbo.

Pendant son séjour, Alassane Ouattara rencontrera l'opposition togolaise. Une occasion pour lui de l'encourager à prendre part aux « élections législatives pacifiques dont les résultats seront acceptés par tous. »

Le président de l’Assemblée nationale est présentement au Caire où il a engagé des pourpalers avec les forces vives du pays des pharaons.

La nouvelle Représentante spéciale du Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies en Côte d’Ivoire est présentement à l’intérieur du pays.

Pour mettre ses homologues face à leur responsabilité historique, le Chef de l’État ivoirien déclare: « les décisions qui requièrent son renforcement et sa solidité vont tester notre foi en la solidarité ».

La présence de Laurent Fologo aux cotés des Présidents ivoiriens, selon lui, traduit sa volonté de maintenir un climat de paix et de stabilité.

Selon Bensouda, la Cpi est très éloignée du champ politique.

De Goodluck Jonathan, Président du Nigeria  à Saït Dinnit, représentant du Secrétaire général de l’Onu en Afrique de l’ouest, en passant par Kadré Désiré Ouédraogo, Président de la Commission de la Cedeao, tous, ont rendu un vibrant hommage à Dioncounda Traoré, Président par intérim du Mali.

Pour le président, la présente session permettra d’évaluer "les progrès enregistrés" depuis la dernière rencontre des Chefs d'État et de gouvernement afin de préciser les priorités et les orientations des  actions communes.