Imprimer cette page

Simone Gbagbo à Moossou : « Permettez moi de remercier Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire, pour avoir ouvert les portes de nos prisons»

dimanche, 26 août 2018 08:42

Simone Gbagbo à Moossou: « Permettez moi de remercier Alassane Ouattara, président de la Côte d'Ivoire, pour avoir ouvert les portes de nos prisons»

Depuis sa sortie de prison suite à la prise d’une ordonnance d’amnistie par le Chef de d’Etat, l’ex-première dame, Simone Gbagbo ne s’était pas aussi largement prononcée sur sa détention. A Moossou, à Grand Bassam Simone Gbagbo est revenue sur ses conditions de détentions et à appeler les ivoiriens au pardon et à la cohésion sociale.

A l’entame de ses propos le samedi 25 août 2018, Moossou, son village dans la ville de Grand Bassam Simone Gbagbo a rendu gloire à Dieu et tenu à remercier le Président de la Réûblique, Alassane Ouattara. « L'éternel agit au travers des hommes, c'est pour cela que vous me permettrez de remercier le Président Alassane Ouattara, le président de la Côte d'Ivoire, pour avoir ouvert les portes de nos prisons.»

Les remerciements à la ville d'Odienné, au Frci et au ministre Diakité Coty

"Remerciements à la ville d'Odienné, aux hommes d'Odienné. J'y ai vécu pendant trois (3) ans et demi dans la maison du général Youssouf Koné. Je n'ai jamais été malade. Remerciements au ministre Diakité Coty qui a été mon élève et qui m'a traité comme on traite sa maman pendant qu'il était maire.

Merci au couple burkinabé qui a pris soin de moi malgré les menaces de quelques personnes. J'ai eu la chance d'avoir à Odienné ma sécurité confiée à des éléments des Forces armées républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Ils ont bien veillé sur moi... »

Simone Gbagbo: "Acceptons de pardonner"

"Dans cette crise, nous avons des victimes que nous classons en cinq (5) groupes: - celles de mon propre camp; celles du camp adverse; les citoyens innocents; les exilés qui ont perdu la vie loin du pays; les forces de défense et de sécurité tombées sur le champ de bataille... En leurs mémoires nous devons nous incliner (...) Ma prière est pour tous les prisonniers politiques, militaires et le retour de tous les exilés dans une nation réconciliée et que plus jamais cela ne se répète. Acceptons de pardonner. Dieu nous aime et a besoin du peuple de Côte d'Ivoire..."

A noter que qu’ont bénéficié de cette amnistie, les personnes poursuivies ou condamnées pour infractions en lien avec la crise post-électorale de 2010 ou des infractions contre la sûreté́ de l’Etat commises après le 21 mai 2011, à l’exclusion des personnes en procès devant une juridiction pénale internationale, ainsi que de militaires et membres de groupes armées.

Salif D. CHEICKNA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Évaluez cet article
(0 votes)
Écrit par  Cheickna Dabou
Lu 790 fois Dernière modification le dimanche, 26 août 2018 13:01