Politique de migration: Une étude pour mieux cerner le phénomène
  • Accueil
  • Politique
  • Politique de migration: Une étude pour mieux cerner le phénomène

Politique de migration: Une étude pour mieux cerner le phénomène

samedi, 09 juin 2018 10:44

L’objectif de l’atelier est d’informer les membres de l’Assemblée nationale et du Conseil économique, social, culturel et environnemental des conclusions de l’étude…

Politique de migration: Une étude pour mieux cerner le phénomène

Le ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur a organisé, mercredi, au Plateau (Hôtel Ibis), un atelier d’information, d’appropriation et de restitution de l’étude d’appui à la formulation de la politique de la migration prenant en compte la dimension genre.

Mme Aminata Coulibaly Ouattara, chef de cabinet, représentant le ministre de l’Intégration africaine, a rappelé dans son allocution d’ouverture que cet atelier entre dans le cadre de la mise en oeuvre depuis 2013 des deux projets institutionnels de la Côte d’Ivoire qui ont été retenus et financés par le Fonds Cedeao/Espagne pour la migration et le développement.

Le projet de mise en place d’un centre d’accueil, d’information, d’orientation et d’accompagnement des migrants et le projet d’étude à la formulation d’une politique de la migration prenant en compte la dimension genre. « Selon plusieurs sources d’informations relatives à la migration, les mobilités humaines à travers le monde concernent autant les hommes que les femmes et les enfants. Ce constat est illustré par les statistiques que notre ministère a récoltées à travers le rapatriement volontaire des migrants ivoiriens de Libye. En effet, le tiers des 1125 migrants de retour de Libye depuis avril 2016 est constitué de femmes et d’enfants », affirme le chef de cabinet.

L’objectif de l’atelier est d’informer les membres de l’Assemblée nationale et du Conseil économique, social, culturel et environnemental des conclusions de l’étude, de restituer le rapport final de l’étude aux responsables du ministère de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur.

Notons que cette étude a coûté 34 millions de FCfa. L’état ivoirien a participé au financement à hauteur de 10%. Pour Miguel Soler Gomis, consul de l’ambassade du Royaume d’Espagne en Côte d’Ivoire, le phénomène de la migration a pris de l’ampleur. C’est pourquoi, il trouve urgent que les pouvoirs publics interviennent pour le juguler.

BROU PRESTHONE

Évaluez cet article
(0 votes)
Écrit par  Cheickna Dabou
Lu 347 fois Dernière modification le samedi, 09 juin 2018 10:50