Ouragahio: Guillaume Soro explique la crise post-électorale

vendredi, 16 août 2013 16:46
Soro Guillaume saluant le chef de Ouragahio Soro Guillaume saluant le chef de Ouragahio Crédits: guillaumesoro.com

[16-08-2013. 17h00] Selon lui, sa mission en tant que Premier ministre était d’organiser en Côte d’Ivoire des élections transparentes. Chose qu’il a faite sans parti pris, a-t-il déclaré à l’étape de Ouragahio.

Ouragahio: Guillaume Soro explique la crise post-électorale

Arrivé à Ouragahio, ce vendredi 16 août, dans le cadre d’une visite officielle dans la région du Gôh, le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, a expliqué comment il a sauvé la vie de l’ex-Président Laurent Gbagbo lors de la crise post-électorale.

Aux populations de Ouragahio, Guillaume Soro a indiqué qu’il a donné l’ordre, au moment de l’arrestation de Laurent Gbagbo pour que sa vie soit préservée. "Wattao, Morou, Jah Gao sont là. Je leur ai dit de ne toucher à aucun cheveu de Gbagbo. Je l'ai protégé. On a voulu faire croire que je viens ici pour vous narguer, vous humilier. Je ne suis pas venu pour cela. Certains ont honte de vous dire que je les ai aidés, et que s'ils sont en vie aujourd'hui, c'est grâce à moi", a-t-il martelé.

Selon lui, sa mission en tant que Premier ministre était d’organiser en Côte d’Ivoire des élections transparentes. Chose qu’il a faite sans parti pris, a-t-il déclaré à l’étape de Ouragahio.

A ceux qui estiment qu’il a trahi Laurent Gbagbo, il a rétorqué que ceux qui l’ont fait sont plutôt du côté des personnes qui l’on poussé à s’engager sur « une voie sans issue. »  "Certains parlent aujourd'hui de Gbagbo, mais ils ne l'ont connu qu'à la présidence. Moi je l'ai connu dans le combat, en prison. On entend souvent dire que j'ai trahi Gbagbo. Est-ce que j'ai été nommé Premier ministre pour être directeur de campagne? Non, ce n'est pas mon rôle. D'où vient donc la trahison?", a souligné le président Guillaume Soro.

En outre, l’ancien Premier ministre de Gbagbo estime avoir bien agi quand il est allé voir ce dernier pour lui dire qu’il a perdu l’élection présidentielle.


CHEICKNA D. Salif

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(Infos: Sylvain Namoya, envoyé spécial)