• Accueil
  • Politique
  • Nouveau vent de développement à Didiévi: Les jeunes et les femmes au cœur de la machine

Nouveau vent de développement à Didiévi: Les jeunes et les femmes au cœur de la machine

samedi, 10 août 2019 17:28
Nouveau vent de développement à Didiévi: Les jeunes et les femmes au cœur de la machine Crédits: Sébastien Kouassi

Une nouvelle dynamique s’est emparée de la petite localité de Didiévi située à mi-chemin entre Yamoussoukro et Bouaké, au centre du pays. Dans la petite bourgade de feu le ministre Léon Konan Koffi, un nouveau concert se met en place.

Avec pour chef d’orchestre, le maire Kouassi Brice. Cœurs battants de tout corps décentralisé, les organisations de jeunes et de femmes constituent, à juste titre, les chœurs de percussion sur lesquels s’appuie le nouveau conseil municipal, dans la symphonique de développement en marche depuis décembre 2018. Sous la conduite du maire, la marche du développement à Didiévi a tout l’air de se poursuivre sous de meilleurs auspices.

Dès son installation, la municipalité a obtenu, au bénéfice de sa jeunesse, un appui de 100 millions de Fcfa en intrants et en semences pour diverses cultures, notamment, le maraîcher. Un cabinet du Centre national pour la recherche agricole (Cnra) a assisté les jeunes qui ambitionnent d’investir dans l’agriculture et l’élevage. Ce qui a permis de « renforcer sensiblement la capacité de production » de ces jeunes, selon le président local du Conseil national des jeunes de Côte d’Ivoire (Cnjci), Koffi Kouakou Arsène.

Des formalités administratives sont en cours pour l’acquisition de 50 hectares de terrain, au profit de chaque village, en vue de réaliser des cultures de la noix de cajou. Ce chantier a déjà démarré à Attékro. En s’appuyant sur la ressource-jeune, l’équipe municipale envisage de faire émerger une mégapole agricole dans cette région. C’est  l’un des 30 projets de la mairie.

Avec les femmes, la nouvelle équipe municipale installée, il y a deux ans, a eu d’abord à régler en urgence la question de leur organisation. « On était dans l’informel. Quand le maire est arrivé, toutes les associations se sont mises en règle vis-à-vis de la préfecture. Des associations n’existaient que de nom. Il nous a mis au travail », se souvient la présidente départementale des femmes de Didiévi, Mme Yao née N’Guessan N’Dri Georgette.

De part et d’autre, sur le front jeune, comme du côté des amazones, l’on attend désormais beaucoup de la jeune équipe municipale pour donner un souffle nouveau à leurs vieux rêves.

Le cœur à l’ouvrage, la municipalité a, justement, à cœur de donner une réalité concrète aux différents cris du cœur des jeunes et des femmes. Et, au-delà, de toutes les populations en général.

A mi-exercice, l’équipe municipale semble leur envoyer de bons indices.

Benoit HILI

 

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Benoit HILI