Print this page

Migrations et protection des enfants et jeunes SAVE THE CHILDREN PARTAGE LES DONNÉES COLLECTÉES AVEC LES PARTIES PRENANTES

mardi, 28 mai 2019 19:19

Depuis le 1er février 2017, Save the Children s'est engagée à promouvoir une gouvernance sous-régionale efficace des migrations et de protection des enfants et des jeunes en mobilité entre la Côte d'Ivoire, le Mali et le Burkina Faso.

À deux mois de la fin de ce projet (le 31 juillet), cette Ong internationale a décidé d'initier un atelier national de partage d’informations relatives aux données collectées sur les enfants et les jeunes migrants, couplé d'une action de plaidoyer.

Au total, ce sont 40 participants issus du corps préfectoral, des représentants des consulats du Burkina Faso et du Mali, des acteurs étatiques et non étatiques, des forces de défense et de sécurité et des médias qui prennent part à cet atelier.

Financé par l'Union Européenne ((Ue), ce projet vise une cible de 9 000 enfants et jeunes migrants en mobilité entre ces 3 pays.

Selon Eugène Taki, coordonnateur régional dudit projet à Save the Children, cet atelier va être mis à profit pour présenter les résultats et les différentes tendances migratoires, partager les bonnes pratiques et les leçons capitalisées. Mieux, les participants devront identifier les défis et obstacles rencontrés, à l'effet de faire des propositions de solutions.

Cet atelier est aussi l'occasion, selon lui, de faire un plaidoyer auprès des personnalités présentes en faveur des services sociaux et pour la pérennisation de ce projet. 

L'enjeu donc de cet atelier, c'est d'amener ces autorités à s'approprier la Case Data au niveau local.  Il s'agit d'un outil informatique qui centralise toutes les données collectées et permet de les traiter avec efficacité.

Gombagui Gueu Georges, préfet de la région de la Bagoué, a, pour sa part, déploré que ce projet prenne fin au moment même où le phénomène prend de l'ampleur en Côte d'Ivoire. Aussi a-t-il plaidé pour sa prorogation, afin de permettre aux parties prenantes de se l'approprier véritablement.

Pour Édouard Kouamé, 3e maire adjoint de la commune de Yamoussoukro, le contrôle et la stabilité du système migratoire passent par la mise en place de projets rentables et durables dans les pays concernés, avec la participation active des pays riches. C'est pourquoi il a félicité Save The Children qui permet d'avoir une nette lisibilité des mouvements des enfants et des jeunes.

N'DRI CÉLESTIN

 

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  N'DRI CÉLESTIN