Mali: Un gouvernement d’ouverture pour une promesse de réconciliation 13:38 - 09/09/13

lundi, 09 septembre 2013 13:30

Certes, au moins 11 ministres de la nouvelle équipe sont membres actifs de son parti, le Rassemblement pour le Mali (Rpm) mais il a été quand même fait de la place aux autres tendances dans ce gouvernement de 34 membres, avec d’ailleurs des symboles assez forts de la réconciliation souhaitée, comme la nomination aux Affaires étrangères d'un ex-rebelle arabe des années 1990, Zahabi Ould Sidi Mohamed.

Mali: Un gouvernement d’ouverture pour une promesse de réconciliation

« Je serai le président de tous les Maliens, le président de la réconciliation nationale ». On retrouve dans la formation du nouveau gouvernement les traces de ces propos tenus récemment par Ibrahim Boubacar Kéïta, le président malien.

Certes, au moins 11 ministres de la nouvelle équipe sont membres actifs de son parti, le Rassemblement pour le Mali (Rpm) mais il a été quand même fait de la place aux autres tendances dans ce gouvernement de 34 membres, avec d’ailleurs des symboles assez forts de la réconciliation souhaitée, comme la nomination aux Affaires étrangères d'un ex-rebelle arabe des années 1990, Zahabi Ould Sidi Mohamed.

Double volonté d’aller vers cette réconciliation nationale d’ailleurs puisque l'on note la création d’un ministère de la Réconciliation nationale et du développement des régions du Nord, piloté par Cheick Oumar Diarrah.

IBK et son Premier ministre Oumar Tatam Ly ont également tenu compte des compétences de certains avec, par exemple, les titulaires de la Défense (Soumeylou Boubèye Maïga), de la Sécurité (colonel Sada Samaké), des Finances et de l’économie (Bouaré Fily Sissoko) et du Commerce (Abdel Karim Konaté).

RFI

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Victorien N'guessan KOUAKOU