Libye: l'affaire du pétrolier nord-coréen fait monter la tension 14:09 - 10/03/14

lundi, 10 mars 2014 14:04

D'après les experts de la NOC, la compagnie nationale de pétrole, le chargement du tanker « Gloire du matin » - navire qui a une capacité de 300 000 barils - sera terminé dans la soirée. Difficile de savoir ce qu'il va se passer ensuite.

Libye: L'affaire du pétrolier nord-coréen fait monter la tension

En Libye, le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et les rebelles de la Cyrénaïque, dans l'est du pays, qui cherchent à exporter pour la première fois du pétrole. Depuis juillet 2013, ces milices tiennent les ports, notamment celui d'Al-Sedra où un pétrolier nord-coréen est à quai depuis samedi matin. Ces opposants, qui reprochent au gouvernement un mauvais partage des richesses, demandent également plus d'autonomie pour leur région. Mais, pour Tripoli, cette tentative d'exportation de brut est illégale.

D'après les experts de la NOC, la compagnie nationale de pétrole, le chargement du tanker « Gloire du matin » - navire qui a une capacité de 300 000 barils - sera terminé dans la soirée. Difficile de savoir ce qu'il va se passer ensuite.

Si le pétrolier quitte le port d'Al-Sedra, les autorités, qui affirment avoir déployé la marine au large, feront tout pour arraisonner le bateau avant qu'il n'entre dans les eaux internationales.

Signe que cette affaire froisse au plus haut niveau. Après le Premier ministre et le vice-ministre de la Défense samedi, c'est aujourd'hui celui du ministre de la Culture qui s'exprime : « Le pétrolier ne peut plus quitter le port, sinon il sera transformé en tas de ferraille », a affirmé Al-Habib Al-Amin, lors d'une conférence de presse ce dimanche. Le procureur général a lui ordonné « l'arrestation du navire et de son équipage ».

Du côté des rebelles, ces menaces n'impressionnent pas.

Premier ministre autoproclamé de la région, Abd-Rabbo al-Barassi a organisé une cérémonie pour célébrer le début des exportations de pétrole et à la tribune, il a déclaré : « Nous ne défions pas le gouvernement. Mais nous arrachons nos droits ».

Le bras armé de cette opposition politique a de son côté indiqué qu'en cas d'attaque de l'armée, les combattants répliqueraient.

Sous l'ère Kadhafi, la Libye produisait 1,5 million de barils de pétrole par jour. Aujourd'hui, elle n'en produit que 250 000 barils par jour. En cause, le blocage du port de l'est par des milices. D'après les spécialistes de la NOC, la compagnie nationale du pétrole, le chargement du pétrolier - qui a une capacité de 300 000 barils - devrait être terminé tard dans la nuit de dimanche à lundi.

Si le gouvernement menace, les rebelles n'ont à aucun moment stoppé le transvasement du brut dans les cales et ont déjà affirmé qu'en cas d'attaque de l'armée libyenne, ils riposteraient.

Engagé depuis ce samedi, le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et ces rebelles qui cherchent pour la première fois à exporter du pétrole. Le chargement du tanker nord-coréen est en cours depuis ce samedi dans le port d'Al-Sedra. Ces opposants, qui reprochent au gouvernement un mauvais partage des richesses, demandent également plus d'autonomie pour leur région, la Cyrénaïque.

Mais pour Tripoli, cette tentative d'exportation de brut est illégale.

RFI

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Victorien N'guessan KOUAKOU