Liberté d’information : Laurent Éhouman propose une stratégie contre les actes de mal gouvernance
  • Accueil
  • Politique
  • Liberté d’information : Laurent Éhouman propose une stratégie contre les actes de mal gouvernance

Liberté d’information : Laurent Éhouman propose une stratégie contre les actes de mal gouvernance

dimanche, 14 avril 2013 16:19

Le contrôle et la mise en œuvre  de la responsabilité des gouvernants passent essentiellement par la liberté d’information, a indiqué Ehouman Kan Laurent.

Liberté d’information : Laurent Ehouman propose une stratégie contre les actes de mal gouvernance


« La liberté d’information a l’avantage  de promouvoir la bonne gouvernance. Car dans les sociétés  où l’opinion publique peine à exercer le contrôle citoyen à l’égard  des gouvernements, des pratiques intempestives  de corruption et autres détournements de derniers publiques sont signalées ». Ehouman Kan Laurent, inspecteur des services judiciaires et pénitentiaires, l’a souligné, en fin de semaine,  au cours de la conférence -débat qu‘il a animé à l’ambassade des États-Unis  en Côte d’Ivoire.


Selon M. Ehouman, « L’appareil étatique répugne à libérer  l’information  relative à la gestion des affaires publiques ». Pourtant, lorsque celle-ci est adoptée, la liberté d’expression permet de faire la transparence dans la gestion des affaires publiques.


C’est autour du thème, « Comment la liberté d’information garantit la transparence des affaires publiques ?», que  le conférencier qui est également le  président de l’ONG Transparency Justice,  a développé ses arguments.


Pour cet expert juriste, en effet, « la liberté d’information est censée occuper une place de choix dans la mesure où elle est destinée à sonner le glas de l’opacité  et autres secrets d’États. L’information favorise  l’émergence de la transparence ». C’est-à dire que plus la population est instruite des activités publiques. Mieux  elle est apte à s’assurer de la bonne marche des activités de l’État en général.


Le contrôle et la mise en œuvre  de la responsabilité des gouvernants passent essentiellement par la liberté d’information, a-t-il déclaré.


M. Ehouman Kan Laurent a terminé son exposé en définissant  les conditions  susceptibles  de favoriser l’application de la liberté d’information. Notamment, l’accès réel des citoyens à l’information,  la mise en place  d’acteurs  non étatiques  de collecte et de diffusion de l’information…


Depuis dix ans, Ehouman kan Laurent, président de  l’ONG Transparency Justice  lutte contre la corruption dans le milieu judiciaire.



Isabelle Somian
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
 

Évaluez cet article
(0 votes)
Écrit par  Isabelle Somian
Lu 14242 fois Dernière modification le dimanche, 14 avril 2013 17:29