• Accueil
  • Politique
  • Réinsertion des ex-combattants: Le gouvernement dissout l’ADDR et crée la CCRS

Réinsertion des ex-combattants: Le gouvernement dissout l’ADDR et crée la CCRS

mercredi, 24 juin 2015 18:29
Le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien Le ministre Bruno Koné, porte-parole du gouvernement ivoirien Crédits: DR

Selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, l’Addr créée en 2012 a achevé sa mission puisqu’elle est parvenue à réinsérer  55.000 ex-combattants sur 74.000 initialement identifiés.

 

 

 

Réinsertion des ex-combattants: Le gouvernement dissout l’ADDR et crée la CCRS

Le Conseil des ministres de ce mercredi 24 juin, a adopté deux décrets au chapitre du désarmement et de la réinsertion des ex-combattants. Il s’agit d’un premier décret portant dissolution de l’Autorité pour le désarmement, la démobilisation et la réintégration et d’un second portant création de la Cellule de coordination et de réinsertion sociale (Ccrs).

Selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, l’Addr créée en 2012 a achevé sa mission puisqu’elle est parvenue à réinsérer 55.000 ex-combattants sur 74.000 initialement identifiés. « Il faut savoir que 55.000 étaient effectivement pris en compte par l’Addr et le taux de réinsertion est estimé à 85% », a expliqué le ministre Bruno Koné. Avant d'ajouter que ce taux est jugé très satisfaisant  par rapport aux objectifs initiaux à atteindre.

C’est pourquoi, dira-t-il, l’Addr a terminé sa mission et il lui reste les missions résiduelles c’est-à-dire celles qui vont constituer à faire un suivi de l’activité en orientant  éventuellement  les dernières personnes qui se présenteraient à ses bureaux.

La cellule de coordination créée est placée sous l’autorité du Conseil national de sécurité et sera chargée essentiellement des activités de réinsertion des ex-combattants. Elle aura pour mission d’organiser, de coordonner les activités de resocialisation qui sont menées par d’autres entités, notamment par le ministère de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant,  par la gendarmerie nationale, par l’Institut national de la santé publique, la croix bleue, etc.

Cette cellule assurera également  la gestion de la base de données et le référencement de structures spécialisées de mise en œuvre des activités de réinsertion des ex-combattants.


Ouattara Ouakaltio
Correspondant communal

Rate this item
(0 votes)
Written by  Ouattara Ouakaltio
Read 2918 times Last modified on mercredi, 24 juin 2015 18:30