Hommage à Mahan Gahé: Le FPI salue la mémoire de l’homme et fait des révélations

vendredi, 01 novembre 2013 18:09

[01-11-2013. 18h00] Selon Kouassi André, deux ans avant le congrès constitutif du Fpi, Mahan Gahé et lui étaient chargés par la direction clandestine du parti de recruter et de former des travailleurs aux valeurs syndicales.

Hommage à Mahan Gahé: Le FPI salue la mémoire de l’homme et fait des révélations

Le Front populaire ivoirien (Fpi) a rendu, le 31 octobre dernier, à Abidjan-Cocody, un dernier hommage au syndicaliste Mahan Gahé Basile, décédé le 16 septembre dernier.

Cette cérémonie qui se voulait sobre, a été marquée par les témoignages sur le parcours syndical du défunt et des exhortations aux militants du Fpi et à la centrale syndicale « Dignité » à faire des efforts afin de poursuivre le combat de Mahan Gahé.

Revenant sur son parcours syndical, le secrétaire adjoint de la centrale syndicale « Dignité », Kouassi André, a révélé que le défunt et lui avaient été mis en mission en 1986 par le Fpi dans le milieu des travailleurs.

Selon ce dernier, « à cette époque, à l’exception du secteur de l’enseignement qui enregistrait deux syndicats autonomes à savoir le Syndicat national des enseignants du secondaire de Côte d’Ivoire (Synesci) et le syndicat national de la recherche et de l’enseignement supérieur (Synares), le monde du travail était sous l’emprise de l’Union générale des travailleurs de Côte d’Ivoire (Ugtci). »

Toujours selon Kouassi André, deux ans avant le congrès constitutif du Fpi, Mahan Gahé et lui étaient chargés par la direction clandestine du parti de recruter et de former des travailleurs aux valeurs syndicales. Ce, afin de préparer la lutte dans ces milieux pour le compte du Fpi.

« Nous avons parcouru les entreprises pendant les heures de pause pour recruter des éléments à encadrer et à former. Deux ans après, j’ai été envoyé sur un autre chantier et Mahan Gahé a continué les activités dans le monde des travailleurs. C’est dans la réalisation de cette mission qu’est née plus tard la centrale syndicale dignité », a-t-il révélé.

Selon les différents témoignages qui ont suivi, Mahan Gahé a séjourné en 1989  et 1994 à la Direction de la surveillance du territoire (Dst) avant d’être arrêté lors de la crise post-électorale le 26 avril 2011. Transféré le 1er juillet à l’hôtel Pergola, il sera  conduit à la prison de Boundiali le 08 juillet. Il sera ensuite libéré le 22 décembre 2012.

Selon Aké Ngbo, parlant au nom des ex-co-détenus de Mahan Gahé, ce dernier depuis son arrestation souffrait et a traîné ce mal jusqu’à sa libération.

C’est pourquoi, dira le premier vice-président du Fpi, Aboudramane Sangaré, « Mahan était une panthère et nous qui sommes encore vivants, n’avons pas le droit de nous comporter comme des moutons ou des biches, mais plutôt comme de vraies panthères. »


Ouattara Ouakaltio