Gouvernance mondiale: Alassane Ouattara plaide pour une réforme

mardi, 05 novembre 2013 10:27

[05-11-2013. 11h00] « L’Afrique doit pour cela faire son entrée dans la catégorie des membres permanents du conseil de sécurité des Nations unies et cesser ainsi d’être absente dans cette haute catégorie de l’instance mondiale chargée de la paix et de la sécurité internationale », a plaidé Alassane Ouattara.

Gouvernance mondiale: Alassane Ouattara plaide pour une réforme

Élu membre associé de l’Académie des sciences d’Outre-Mer et installé, le 4 novembre dernier, dans ses nouvelles fonctions, le Président Alassane Ouattara a plaidé pour une réforme de la gouvernance mondiale.

Pour le Chef de l’État ivoirien, l’Afrique « aspire désormais à être assise autour de la table où se prennent les décisions la concernant. » Poursuivant, il a indiqué que la réforme de la gouvernance mondiale qui est inévitable ne sera crédible tant que l’Afrique n’y occupera pas « une place de choix. » Il a également envisagé l’entrée de l’Afrique au conseil de sécurité de l’Onu.

« L’Afrique doit pour cela faire son entrée dans la catégorie des membres permanents du conseil de sécurité des Nations unies et cesser ainsi d’être absente dans cette haute catégorie de l’instance mondiale chargée de la paix et de la sécurité internationale », a plaidé Alassane Ouattara.

Mais avant, il a dressé un bilan reluisant des économies africaines. Attendant de voir l’impact réel des taux de croissance sur les populations africaines, il a souligné que six des dix pays dont le taux de croissance est le plus élevé dans le monde sont en Afrique. « Parmi eux, la Côte d’Ivoire avec un taux de 9,8% en 2012, pourrait réaliser un taux de croissance à deux chiffres à partir de 2015, consolidant ainsi son rôle de moteur de la croissance économique de la sous-région ouest-africaine francophone », s’est-il félicité.

Évoquant l’avis de la Banque mondiale sur ces bonnes performances, il a rappelé que selon cette institution, « l’Afrique est en passe de réussir son décollage économique tout comme la Chine, il y a 30 ans et l’Inde, il y a 20 ans ».

Pour le Président ivoirien, de nombreux pays africains sonten passe de devenir des pays émergents. Aussi a-t-il insisté sur  l’ambition de la Côte d’Ivoire à devenir un pays émergent à l’horizon 2020.

Notons que c'est le « journaliste Paul Bourdarie qui a eu l'initiative de créer une société savante spécialisée dans les problèmes de l'outre-mer, l'Académie des sciences coloniales, dont il fut le premier secrétaire perpétuel, devenue le 7 juin 1957 l'Académie des sciences d'outre-mer. »


CHEICKNA D. Salif
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
(Source : service presse présidence)