• Accueil
  • Politique
  • FPI: Laurent Gbagbo met Agnès Monnet en mission pour la réunification du parti

FPI: Laurent Gbagbo met Agnès Monnet en mission pour la réunification du parti

vendredi, 29 mars 2019 19:34
FPI: Laurent Gbagbo met Agnès Monnet en mission pour la réunification du parti Crédits: DR

A peine une semaine après sa démission, l’ex-secrétaire générale du Fpi, Agnès Monnet, a été reçue  jeudi et vendredi derniers, par l’ancien président Laurent Gbagbo à Bruxelles, où il séjourne après sa mise en liberté conditionnelle.

« Les jeudi 28 et vendredi 29 mars 2019, la camarade Agnès Monnet a été reçue, à sa demande, par le président Laurent Gbagbo. Pour la circonstance, le président Laurent Gbagbo était entouré des vice-présidents Laurent Akoun, Odette Sauyet-Likikouet, Marie-Odette Lorougnon, Issa Malick Coulibaly et du secrétaire général adjoint Christophe Blé. Au cours de ces audiences, la camarade Agnès Monnet a indiqué au président Laurent Gbagbo qu’elle a décidé de retrouver, dans l’unité, sa famille politique, le Front populaire ivoirien », indique un communiqué signé de Laurent Akoun, l’un des barons de la fronde.

« Saisissant cette occasion, le président Laurent Gbagbo a instruit les membres du Secrétariat exécutif, présents à ces rencontres, d’informer le Secrétariat général de sa mise en mission pour la réunification du parti ainsi amorcée, en réservant un accueil militant à tous les camarades qui ont décidé ou qui souhaitent, comme la camarade Agnès Monnet, rejoindre notre grande famille », poursuit le communiqué, qui ajoute que l’ex-président Ivoirien « tient à remercier et à féliciter toutes les militantes et tous les militants pour leur engagement dans la réconciliation qu’il appelle de tous ses vœux et pour laquelle il ne ménagera aucun effort ».

Samedi 23 mars, le président du Fpi Pascal Affi N’guessan avait dénoncé le parti-pris de l’ancien président Laurent Gbagbo dans la fronde qui l’oppose à ses ex-compagnons réunis au sein de la fronde. L’ancien Premier ministre et ancien directeur de campagne de Gbagbo avait même déclaré que son ex-patron « n’est pas le président du Fpi » et que son statut de président fondateur du parti ne lui donne pas tous les droits. Des propos jugés excessifs, dans le landerneau des éléphants frontistes.

Le lendemain, dimanche 24 mars, Agnès Monnet publiait sa démission sur la toile, puis prenait le chemin du Ghana, d’où elle a rejoint Bruxelles, vraisemblablement.

Benoît HILI

Rate this item
(1 Vote)
Écrit par  Edouard Koudou