• Accueil
  • Politique
  • Echéances électorales de 2020 : Le gouvernement veut prévenir les violences

Echéances électorales de 2020 : Le gouvernement veut prévenir les violences

mercredi, 10 avril 2019 18:19

Un atelier sur la coordination du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse rapide se tient à Abidjan

Echéances électorales de 2020 : Le gouvernement veut prévenir les violences

Pour éviter l’expérience de la crise post-électorale de 2010-2011, le Centre National de Coordination du mécanisme de Réponse à l’alerte précoce (Cncmr), se mobilise pour prévenir les violences, en attendant les échéances de 2020. A cet effet, il a été ouvert, mardi, à l’hôtel La Rose Blanche à Cocody, par le directeur de cabinet du Premier ministre, Emmanuel Ahoutou Koffi, un atelier sur la coordination du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse rapide en Côte d’Ivoire.

Organisé par le Centre National de Coordination du mécanisme de Réponse à l’alerte précoce (Cncmr), cette rencontre qui s’est déroulée sur deux jours (9 et 10 avril) avait pour objectif majeur la mise en synergie des actions des structures intervenant dans l’alerte précoce et la mise en œuvre des réponses rapides.

Il s’est agi également de faire un état des lieux des structures intervenant dans l’alerte précoce et la réponse rapide, de définir l’architecture du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse rapide, d’élaborer le schéma de coordination du mécanisme national d’alerte précoce et de réponse rapide et des procédures standards opérationnelles (mode de fonctionnement) du mécanisme, ainsi que l’élaboration d’un plan d’actions intégré susceptible d’appui au programme transition et inclusion politique (Pti).

Dans son discours d’ouverture, le directeur de cabinet du Premier ministre a salué cette initiative du Cncmr qui, selon lui, s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat. « Nous saluons la tenue de cet atelier qui s’inscrit dans le cadre de l’anticipation voulu par le Président de la République, Alassane Ouattara, sur les grandes problématiques et enjeux auxquels le gouvernement est appelé à faire face », s’est félicité M. Ahoutou. Et d’ajouter : « C’est un message du gouvernement à l’ensemble des acteurs nationaux et internationaux que les autorités ivoiriennes ont pris la pleine mesure des échéances de 2020 ».

Il a tenu à relever avec satisfaction que l’atelier est la traduction des efforts déployés par le Cncmr pour être opérationnel et apte à répondre à ses principales missions à savoir, entre autres, alerter le gouvernement sur les menaces à la sécurité humaine, activer et coordonner le mécanisme national d’alerte précoce et de réponse et proposer des réponses adaptées aux menaces identifiées.

A cet effet, il a invité les acteurs intervenant dans l’alerte précoce à faire en sorte que tous les mécanismes de prévention soient mis en œuvre y compris le jeu des alliances ethniques afin de relever le défi d’élections transparentes ouvertes et apaisées en 2020. Kevin Adomayakpor, directeur résident du National Democratic Institut (NDI) partenaire technique et financier du Cncmr pour ce programme, dit être disposé à accompagner ses partenaires dans cette mission.

Dr Nancy Lowenthal, directrice pays de l’agence américaine pour le développement international (Usaid) pour sa part, s’est réjouie de cette initiative qui, dira-t-elle, va, à la fin, construire une démarche de synergie entre les actions des structures ivoiriennes intervenant dans l’alerte précoce.

Le Cncmr est placé sous la tutelle du chef du gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly. Son objectif principal est de renforcer la stratégie de la Cedeao en matière de partage d’informations entre les Etats membres, en vue de prévenir ou d’atténuer les menaces. Il a pour mission d’alerter le gouvernement sur les menaces à la sécurité humaine, de lui proposer des réponses adaptées, de coordonner et d’assurer le suivi de la mise en œuvre des réponses à l’alerte, d’optimiser la collecte, la qualité et l’analyse des informations par une approche participative impliquant tous les acteurs pertinents.

Jean Bavane Kouika

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Cheickna Dabou