Dialogue politique: Ahousssou Jeannot rencontre le FPI, mardi prochain

vendredi, 10 janvier 2014 11:08

[10-01-2014. 11h00]  Au nom des partis d'opposition présents, Laurent Dona Fologo a souligné que cette rencontre s'est tenue dans un contexte de décrispation générale surtout avec les mesures annoncées par le gouvernement.

 Dialogue politique: Ahousssou Jeannot rencontre le FPI, mardi prochain

Le premier ministre Jeannot Kouadio-Ahoussou a révélé, le 9 janvier dernier,  à la sortie d’une rencontre avec les partis membres du cadre permanent du dialogue (Cpd),  qu’il aura une rencontre, mardi prochain avec les responsables du Front populaire ivoirien (Fpi).

 Il rencontrera ainsi, une délégation du Fpi conduite par son président, Affi N’guessan dans le cadre de la décrispation du climat général.

Selon Ahoussou Jeannot,  le Fpi par courrier l’a informé de son absence au premier round 2014  de ce dialogue.

« Puisque nous sommes des quêteurs de paix, nous irons vers eux… Nous irons vers ceux qui ne veulent pas venir, mardi prochain. Personnellement, je vais rencontrer le président Affi N'guessan pour échanger avec lui », dira-t-il. Et de préciser qu’il s’agira de  voir dans quelle mesure, le Fpi peut rejoindre ce cadre de dialogue.

 Au nom des partis d'opposition présents, Laurent Dona Fologo a souligné que cette rencontre s'est tenue dans un contexte de décrispation générale surtout avec les mesures annoncées par le gouvernement.

 Les discussions ont porté sur  les questions électorales pour des élections apaisées en 2015. Avant l'ouverture des débats, Jeannot Ahoussou  a invité les partis présents à  donner leurs avis et propositions sur certains points, notamment l'organisation et la composition de la Commission Électorale indépendante (CEI), le découpage électoral, la liste électorale.

 Il les a également invité à lui faire parvenir la liste de leurs militants dont les avoirs ont été gelés, à déposer une demande de liberté provisoire individuelle pour chacun de leur membre et la liste de ceux qui, en liberté provisoire, pourraient réintégrer l’administration.

 Par ailleurs, le  sujet relatif au financement des partis de l'opposition a été évoqué par M. Ahoussou. Il a précisé que conformément à la constitution,  seuls les partis qui siègent à l'assemblée nationale sont concernés. Mais compte tenu de la situation actuelle, des critères d'éligibilité seront déterminés face au nombre pléthorique des formations politiques.

 

Ouattara Ouakaltio