Justice: "Nul ne sera épargné, mais…", affirme le président reçu à l'Elysée

jeudi, 11 avril 2013 20:31
Alassane Ouattara et son homologue François Hollande, ce jeudi. Alassane Ouattara et son homologue François Hollande, ce jeudi. Crédits: AFP

[11-04-2013. 19h30] A l’issue de son entretien avec François Hollande, ce jeudi, le Président Alassane Ouattara a indiqué que « la justice ivoirienne ira à son rythme ».

Justice : "Nul ne sera épargné, mais…", affirme le président reçu à l'Elysée


A l’issue de son entretien avec son homologue français, François Hollande, à l'Élysée, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, a indiqué que « nul ne sera épargné » par les poursuites judiciaires dans le cadre de la crise post-électorale. Mais, a-t-il prévenu, cela se fera « au rythme de la justice ivoirienne qui est indépendante ». Le Chef de l’État ivoirien a, par ailleurs, tenu à rappeler qu’il a « rendu public » les conclusions des travaux de la commission nationale d’enquête.


Quant au cas Simone Gbagbo, le Président ivoirien s’est voulu très bref: « la question est à l’étude. Appelez le ministre de la Justice pour avoir plus de précisions ».


Au sujet du choix de la date symbolique du 11 avril (arrestation de Laurent Gbagbo) pour sa visite au Président français, Alassane Ouattara a indiqué que « la page est tournée ». Un des défis pour lui, désormais, étant le retour total des exilés.


« On avait plus de 350 000 personnes hors du pays il y avait deux ans. Nous avons moins de 60 000 aujourd’hui qui se trouvent essentiellement au Liberia et au Ghana. Je leur demande de rentrer ».

Ghislaine ATTA
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

(Source Jeune Afrique)

 

Read 1879 times Last modified on jeudi, 11 avril 2013 22:05