• Accueil
  • Politique
  • CPI: Laurent Gbagbo serait l’otage de la Chambre préliminaire I, selon le FPI

CPI: Laurent Gbagbo serait l’otage de la Chambre préliminaire I, selon le FPI

lundi, 18 novembre 2013 10:56

Selon ce communiqué, "en prolongeant la détention du Président Laurent Gbagbo, la Cpi donne de la justice internationale l’image d’un traquenard".

CPI: Laurent Gbagbo serait l’otage de la Chambre préliminaire I, selon le FPI

Dans un communiqué daté du dimanche 17 novembre et signé de son secrétaire général Laurent Akoun, dont fratmat.info a eu copie, Laurent Gbagbo serait pris en otage par la chambre préliminaire I de la Cour pénale internationale. Cette chambre avait, le 11 novembre 2013, conclu que malgré l’amélioration de la situation sécuritaire en Côte d’Ivoire, la détention de M. Gbagbo était encore nécessaire pour garantir sa comparution devant la Cour et veiller à ce qu’il ne fasse pas obstacle à l’enquête ou à la procédure judiciaire.

Selon ce communiqué, « en prolongeant la détention du Président Laurent Gbagbo, la Cpi donne de la justice internationale l’image d’un traquenard. Sinon, comment comprendre que le juge qui avait délivré une opinion dissidente lors de l’audience de confirmation des charges soit le seul en charge de l’examen des revues périodiques à 120 jours pour le maintien de Laurent Gbagbo en prison ? Comment comprendre que la Chambre préliminaire I n’ait pas pu faire examiner le Président Laurent Gbagbo pour qu’elle rende une décision sans connaître son état de santé et qu’elle demande un délai nouveau à cet effet ? »

Pour la direction du Front populaire ivoirien (Fpi), « ni les arguments judiciaires pertinents de Me Emmanuel Altit, ni l’incapacité de la Procureure à produire les preuves suffisantes pour confirmer les charges contre Laurent Gbagbo, ni les impératifs de paix et de réconciliation en Côte d’Ivoire n’ont été assez pertinents pour justifier la mise en liberté provisoire du Président Laurent Gbagbo, au motif qu’il pourrait fuir et/ou pourrait faire obstacle à l’enquête ».

C’est pourquoi, la direction du Fpi,tout en exigeant la libération du Président Laurent Gbagbo,remercie Me Emmanuel Altit et toute son équipe pour le travail remarquable effectué et toujours en cours et l’Union africaine pour son soutien inébranlable à la cause continentale.

Ouattara Ouakaltio

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Ouattara Ouakaltio