Print this page

Consolidation de l’Etat de droit/François Komoin: ‘’Les Ivoiriens doivent réapprendre à respecter les institutions’’

vendredi, 24 mai 2019 19:31
M. François Komoin, magistrat hors hiérarchie et président  du Centre international pour le développement du droit(Cidd), lors de la conférence-débat. M. François Komoin, magistrat hors hiérarchie et président du Centre international pour le développement du droit(Cidd), lors de la conférence-débat. Crédits: DR

« Nos concitoyens doivent comprendre que le salut de notre pays réside dans le respect du droit.  Et nous devons faire en sorte que les Ivoiriens réapprennent à respecter les institutions issues du droit. C’est notre seule voie de salut », a conseillé M. François Komoin, magistrat hors hiérarchie et président  du Centre international pour le développement du droit(Cidd).

M. Komoin a précisé la mission du juriste dans la consolidation de l’Etat de droit, le samedi 18 mai à Abidjan Riviera-Bonoumin, à l’occasion du « Café St Yves 2019  ». C’est  une conférence- débat organisée en l’honneur de Saint-Yves, Patron des Hommes de droit et de justice. Elle avait pour thème : «Juriste, quelle est ta mission dans la consolidation de l'Etat de droit en Côte d'Ivoire ».

Un thème  qui, selon le président du Cidd, devrait permettre  à tous les juristes de se retrouver pour réfléchir à la mission qui doit être la leur dans la consolidation de l'Etat de droit dans notre pays. « Un Etat de droit est un Etat dans lequel tout est soumis au droit, les gouvernants sont eux- mêmes  soumis au droit  qu'ils élaborent… », a-t-il précisé. Avant de relever que dans l’exercice de sa fonction, le juriste ivoirien est confronté  à des difficultés. : « Mais ce qui est à noter,  c'est le désir  et la volonté de tous les juristes de faire  en sorte  que le droit triomphe »,  a encouragé le magistrat hors hiérarchie.

« Les juristes et les pouvoirs publics doivent faire en sorte que les Ivoiriens aiment le droit. Parce que dans la régulation des rapports, si ce n'est pas le droit, c'est la force. Or, la force peut tourner en violence, en anarchie », a-t-il averti.

Abondant dans le même sens, Dr Guibessongui N'datien Séverin, député à l'Assemblée nationale, a estimé aussi que : « l'Etat de droit, c'est un peu comme un idéal à atteindre, sans cesse en consolidation ou en performance constante. Ainsi, il n’implique pas que dans l'état il n'y ait pas de violations. Mais c'est de mettre en place un mécanisme qui permette d'assurer l'éclosion du droit... »

Par ailleurs, au cours de cette édition 2019 du Café st Yves, le centième numéro  de la revue du  Centre international pour le développement du droit (Cidd), Actualités Juridiques  a été célébré.

Bien avant, une messe en l’honneur de Saint-Yves a été célébrée à la chapelle de l’Université des Lagunes.

Isabelle Somian

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Isabelle Somian