Commémoration de l’attentat du 29 juin/Guillaume Soro : « Le souvenir du 29 juin 2007 ravive davantage dans mon cœur la flamme du pardon… »
  • Accueil
  • Politique
  • Commémoration de l’attentat du 29 juin/Guillaume Soro : « Le souvenir du 29 juin 2007 ravive davantage dans mon cœur la flamme du pardon… »

Commémoration de l’attentat du 29 juin/Guillaume Soro : « Le souvenir du 29 juin 2007 ravive davantage dans mon cœur la flamme du pardon… »

vendredi, 29 juin 2018 16:20

29 juin 2007- 29 juin 2018. Cela fait 11 ans que l’actuel président de l’Assemblée nationale de Côte  d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro et quelques compagnons échappaient à un attentat à l’aéroport de Bouaké dans le centre du pays.

« Symbole du devoir de mémoire, le souvenir du 29 juin 2007 ravive davantage dans mon cœur la flamme du pardon et redonne à la graine de réconciliation qui y est semée, un peu plus de bourgeon. C’est pourquoi à l’occasion de cette commémoration décennale, je m’incline à nouveau devant la mémoire de nos frères tombés. Puissent leurs âmes continuer de reposer en paix.  La paix, ce bien si inestimable que nous devons continuer de préserver tout en gardant à l’esprit les énormes sacrifices consenties pour le retrouver. »

C’est en ces termes que le président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori s’est exprimé, ce vendredi 29 juin 2018, sur www.guillaumesoro.ci à l’occasion de la commémoration des 11 ans de l’attentat du Fokker 100 qui a failli lui coûté la vie.

Il faut rappeler qu’après les quatre morts sur le coup dans l’avion, deux autres personnes de cette « aventure » sont décédées plus tard. Il s’agit de l’adjudant-chef major Abedié Manto et de l’ex-secrétaire général de l’Assemblée nationale Me Konaté Fakhy.

D’ailleurs ce dernier lors de la célébration du 6ème anniversaire en 2013, a souligné que l’objectif de cet attentat visait à donner un coup d'arrêt au processus de sortie de crise et de paix en cours en « tuant le Premier ministre Guillaume Soro qui en avait la conduite ».

Notons que Guillaume Soro, Chef du gouvernement à l’époque sous Laurent Gbagbo, se rendait à Bouaké pour l'installation des magistrats dans le cadre des audiences foraines.

Salif D. CHEICKNA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Évaluez cet article
(0 votes)
Écrit par  Cheickna Dabou
Lu 347 fois Dernière modification le vendredi, 29 juin 2018 16:29