• Accueil
  • Politique
  • Coalition FPI et des partis d’opposition: Les discussions se poursuivent

Coalition FPI et des partis d’opposition: Les discussions se poursuivent

vendredi, 14 février 2014 11:39

A la sortie de cette séance de travail, le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, a indiqué qu’aucune déclaration ne peut être faite pour l’instant car, les débats se poursuivent sur les enjeux et les attentes de cette alliance.

Coalition FPI et des partis d’opposition: Les discussions se poursuivent

Les discussions entre le Front populaire ivoirien (Fpi) et neuf (9) autres partis d’opposition se poursuivent, selon le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan. Ces partis se sont rencontrés pour la quatrième fois, le jeudi 13 février, au siège du Fpi sis à Cocody-Attoban en vue d’élaborer les textes fondateurs de cette coalition de partis d’opposition.

A cette rencontre, étaient présents Pascal Affi N’Guessan pour le compte du Fpi, Ouattara Gnonzié pour le Rpp, Bodoua Affoua pour l’Udcy, Ngoulet Kouamé pour le Pit et Ehouman Gilbert pour l’Urd. Outre ces partis qui conduisent cette alliance, l’Aird était représenté par Temanin Georges, la Nacip par Mohamed Sam Sichi (Sam l’Africain), le Cidp par Pierre Blé, le Rdp par Miango Goman et l’Udp par Kouaho Pierre Magloire.

A la sortie de cette séance de travail, le président du Fpi, Pascal Affi N’Guessan, a indiqué qu’aucune déclaration ne peut être faite pour l’instant car, les débats se poursuivent sur les enjeux et les attentes de cette alliance. « Nous allons nous revoir et lorsque nous finirons l’élaboration des textes, nous vous ferons appel afin de vous informer de nos décisions », a-t-il dit.

Après le Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) créé en 2005, l’on observe la formation de blocs politiques en Côte d’Ivoire. Les partis autrefois alliés du Fpi dans le cadre de la mouvance présidentielle (Lmp) sont divisés en deux blocs, chacun bataillant pour rallier le plus grand nombre de partis.

Ouattara Ouakaltio

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Ouattara Ouakaltio