• Accueil
  • Politique
  • Amadou Koné : « Jeunes de Côte d’Ivoire, le pays vous appartient »

Amadou Koné : « Jeunes de Côte d’Ivoire, le pays vous appartient »

mardi, 16 avril 2019 17:34
Amadou Koné : « Jeunes de Côte d’Ivoire, le pays vous appartient » Crédits: DR

L’Institut des sciences et techniques de la communication (Istc) polytechnique, à Cocody, a servi de cadre, mardi 16 avril 2019, au lancement de la campagne nationale de la Promotion des droits de la jeunesse.

Organisé par le Secrétariat chargé des droits de l’homme, en collaboration avec le ministère de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes, cet évènement a vu la participation de plusieurs membres du gouvernement. Représentant le Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly, le ministre des Transports, Amadou Koné, a lancé un message fort aux jeunes : « Jeunes de Côte d’Ivoire, sachez que ce pays vous appartient. C’est vous qui en aurez la gestion, demain ». Le ministre Amadou Koné a exhorté les jeunes à comprendre leurs droits et, leurs devoirs envers l’Etat. Tout en insistant sur la formation, il leur a demandé de faire en sorte que l’on bâtisse « un pays fort, de justice et de paix. Pour le représentant du chef du gouvernement, les jeunes de Côte d’Ivoire doivent être compétitifs sur le plan international. Il les a invités à faire en sorte que les droits collectifs et des uns et des autres soient préservés. « La Côte d’Ivoire a besoin de l’ensemble de tous ses enfants pour son progrès. Je vous invite au travail, au civisme et à la prise de conscience », a-t-il dit.  Avant de procéder au lancement de la semaine nationale de la Promotion des droits de la jeunesse.

Auparavant, la secrétaire d’Etat, chargée des droits de l’homme, Aimée Zebeyoux, a, dans son intervention, remercié les jeunes qui ont fait, nombreux, le déplacement. Une preuve, a-t-elle indiqué, qu’ils accordent « une grande importance à cet évènement ». L’occasion lui était donnée, encore une fois, de demander aux jeunes de chercher à connaître leurs droits et leurs devoirs. En prélude aux élections qui auront lieu en 2020, la secrétaire d’Etat chargée des droits de l’homme a demandé aux jeunes, particulièrement, « d’œuvrer au respect des droits à la différence et d’éviter toutes formes de violences pour bâtir une Côte d’Ivoire de paix et de prospérité ». Elle a aussi et surtout rappelé que la jeunesse est le fer de lance l’Ivoirien nouveau prôné par le Président de la République, Alassane Ouattara. Elle a ensuite lancé un message aux jeunes : «Il vous appartient aujourd’hui plus qu’hier, de vous mettre résolument au travail pour bâtir votre devenir et contribuer ainsi au développement de la Côte d’Ivoire». 

Représentant Sidi Touré, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, Agnès Kraidy, s’est félicitée du choix de l’Istc pour le lancement de cette campagne, d’où l’importance, a-t-elle souligné, de la communication. Communiquer pour informer car, dira-t-elle, « nul n’est censé ignorer ses droits et ses devoirs ».   

La participation des jeunes en politique. Tel est le thème des échanges qu’il y a eu entre les jeunes et le ministre de la Promotion de la jeunesse et de l’Emploi des jeunes, Mamadou Touré. Pendant une quarantaine de minutes, le ministre s’est appesanti sur plusieurs points dont l’instrumentalisation des jeunes par les politiques et le conflit de génération qui est en train de s’exacerber. Il a, répondant aux préoccupations des uns et des autres, invité les jeunes à contribuer au bien-être de leurs semblables. Il leur a indiqué que seule leur conviction doit fonder leur engagement.

Cette cérémonie a été marquée par la présentation de la Charte africaine de la jeunesse. Celle-ci indique, entre autres, que l’on doit « veiller à ce que lorsque les jeunes sont incarcérés dans les prisons ou les centres de rééducation, ils ne subissent pas de traitements inhumains ou dégradants ». La Charte africaine prévoit aussi « une protection particulière pour les jeunes ayant des besoins spécifiques, notamment les jeunes handicapés mentaux et physiques ».  

Emmanuel Kouassi

Rate this item
(0 votes)
Écrit par  Akpa Marie Ange