Aïchatou Mindaoudou: "La situation des victimes doit être au cœur de la justice"

mercredi, 12 février 2014 17:28

[12-02-2014. 18h00] S’agissant de l’amélioration de la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, le chef de l’Onuci a reconnu qu’il y a eu des avancées.

Aïchatou Mindaoudou: "La situation des victimes doit être au cœur de la justice"

Une conférence internationale sur « la situation des victimes de la crise ivoirienne » s’est ouverte, ce mercredi 12 février, à Abidjan-Riviera en présence de Doudou Diène, expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire.

S’adressant aux victimes, la représentante spéciale du Secrétaire général de l’Onu et chef de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci), Aïchatou Mindaoudou, a affirmé que leurs revendications sont « sans aucun doute, légitimes. » « Le système des Nations Unies et la communauté internationale sont ici pour soutenir et appuyer tout le processus de justice transitionnelle dans lequel s’est inscrit le gouvernement ivoirien », a-t-elle dit.

Aussi a-t-elle souligné que ces structures sont là « pour fournir l’expertise, le soutien financier et technique mais avant tout, pour accompagner le gouvernement dans cette tâche qui doit s’exécuter dans votre intérêt. »

Pour Mme Mindaoudou, le choix du thème de cette conférence internationale est « judicieux dans le contexte actuel de la Côte d’Ivoire. »

C’est pourquoi, elle a exhorté les participants à mener une réflexion approfondie sur le sujet. « Je ne doute pas aussi que vous ferez des recommandations concrètes et pertinentes susceptibles de faire avancer la Côte d’Ivoire vers une paix durable et une réconciliation véritable, dans le respect des droits de la personne humaine », s’est-elle réjouie d’avance.

S’agissant de l’amélioration de la situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire, le chef de l’Onuci a reconnu qu’il y a eu des avancées. Cependant, « beaucoup reste encore à faire », a-t-elle souligné.

Notons que cette conférence se tient du 12 au 14 février, à Abidjan.


CHEICKNA D. Salif
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.