UEMOA: Atouts, objectifs et organes

UEMOA: Atouts, objectifs et organes

vendredi, 11 janvier 2019 11:27
UEMOA: Atouts, objectifs et organes Crédits: DR

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) a de nombreux atouts pour relever le défi de l’intégration. Mais trois paraissent déterminants.

Le premier, un marché d’un peu plus de 120 millions de consommateurs. Deuxième, une complémentarité naturelle entre les pays sahéliens et côtiers. Last but no least, une monnaie commune : le Franc Cfa arrimé à l’Euro. C’est l’un des grands acquis de l’Union monétaire ouest -africaine dont l’Uemoa est le prolongement.

Pour les objectifs, il faut retenir, selon l’article 4 du traité de l’Union, qu’il s’agit de renforcer la compétitivité des activités économiques et financière des Etats membres dans le cadre d’un marché ouvert et concurrentiel et d’un environnement juridique nationalisé et harmonié ; d’assurer la convergence des performances et des politiques économiques des Etats membres par l’institution d’une procédure de surveillance multilatérale ; de créer entre les Etats membres un marché commun basé sur la libre circulation des personnes et des biens, des services, des capitaux et le droit d’établissement des personnes exerçant une activité indépendante ou salariée et une politique commerciale commune.

Il s’agit aussi d’instituer une coordination des politiques sectorielles nationales, par la mise en œuvre d’actions communes et éventuellement de politiques communes notamment dans les domaines des ressources humaines, de l’aménagement du territoire, des transports, télécommunications, de l’environnement de l’agriculture, l’énergie, l’industrie et les mines. Il s’agit également d’harmoniser, pour le bon fonctionnement du marché commun, les législations des Etats membres et particulièrement le régime de la fiscalité.

Pour atteindre ses objectifs, l’Uemoa dispose d’organes et institutions autonomes spécialisées. Nous avons donc : la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement. C’est l’organe suprême qui définit les grandes orientations politiques. Il y a le Conseil des ministres qui assure la mise en œuvre des orientations générales définies par la Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement. Ensuite vient la Commission. Elle est l’organe exécutif de l’Union.

L’Uemoa a aussi des organes de contrôle. Ici on retrouve la Cour de justice qui veille au respect du droit quant à l’interprétation et l’application du Traité de l’Union. Nous avons ici aussi une Cour des Comptes. Elle a pour vocation de contribuer par ses travaux de contrôle à la promotion de la bonne gouvernance. Il y a également le contrôle parlementaire avec le Comité interparlementaire (Cip). Il joue un rôle consultatif et d’animation des débats sur l’intégration. Il reçoit le rapport annuel de la Commission et s’exprime sous forme de rapports et de résolutions.

Il préfigure le parlement de l’Union qui sera chargé du contrôle démocratique de ses organes. Nous avons aussi la Chambre consulaire régionale qui est le lieu de dialogue entre l’Uemoa et les principaux opérateurs économiques. On peut citer également le Conseil du travail et du dialogue social. C’est un organe qui a pour objectif de réaliser l’implication effective de tous les acteurs non étatiques dans le processus d’intégration de l’Uemoa. Il y a le Conseil des collectivités territoriales pour une meilleure implication des collectivités territoriales dans le processus d’union. Pour ce qui est des institutions autonomes spécialisées, nous pouvons citer la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) et la Banque ouest- africaine de développement (Boad) qui ne sont plus à présenter.

ETIENNE ABOUA
Source: Communication Uemoa

Read 176 times Last modified on vendredi, 11 janvier 2019 11:35