Tabaski 2018/Aghien: L’imam Aboubacar Coulibaly invite les acteurs politiques à faire « preuve de bon sens »
  • Accueil
  • Nos Unes
  • Tabaski 2018/Aghien: L’imam Aboubacar Coulibaly invite les acteurs politiques à faire « preuve de bon sens »

Tabaski 2018/Aghien: L’imam Aboubacar Coulibaly invite les acteurs politiques à faire « preuve de bon sens »

mardi, 21 août 2018 11:45
L'imam Aboubacar Coulibaly, le mardi 21 août 2018 L'imam Aboubacar Coulibaly, le mardi 21 août 2018 Crédits: Salif D CHEICKNA

A l’instar des musulmans du monde entier, ceux de la Côte d’Ivoire ont célébré ce mardi 21 août 2018, la fête de l’Aïd-el-Kébir ou encore la Tabaski sur toute l’étendue du territoire national.

A cette occasion, l’officiant de la grande prière à la mosquée d’Abidjan-Aghien, l'imam Aboubacar Coulibaly, l’adjoint du Cheick Boikari Fofana en pèlerinage à La Mecque, a invité les acteurs politiques ivoiriens à faire « preuve de bons sens ».

Et surtout à privilégier dans leurs actes, l’intérêt du pays et de la population. Cette réaction de l’imam dans son sermon s’explique par la tenue des élections locales, précisément le 13 octobre 2018. Pour le leader religieux, ces joutes électorales doivent consolider la cohésion sociale et la réconciliation nationale.

Aux acteurs politiques, l’imam Coulibaly qui s’est réjoui de la libération des 800 détenus en rapport avec la crise post-électorale, a demandé à tous de pardonner. Également, il les a invités à cultiver la paix et le pardon et surtout à poser des actes qui vont dans le sens de la consolidation d'une paix durable en Côte d’Ivoire. C’est d’ailleurs pourquoi il a tenu à remercier le Chef de l’État Alassane Ouattara pour son geste d’apaisement à travers la prise d'une ordonnance d’amnistie, le 6 août dernier pour permettre aux détenus de recouvrer la liberté.

Le croyant, dira-t-il, doit être dans la quête permanente du pardon et de la paix. "Et nous ne t’avons envoyé qu'en miséricorde pour l’univers" (Sourate 21 verset 107). Sur la base de ce verset, l'imam a soutenu que de facto, le musulman doit être un artisan du pardon et de la paix. ''Nous devons donc faire de notre environnement, celui du pardon'', a insisté l'imam Coulibaly.

Poursuivant, il a félicité le Chef de l'État Alassane Ouattara pour avoir privilégié le pardon dans la recherche de solutions aux difficultés qui minent le pays en vue d'écrire "une nouvelle page de l'histoire de la Côte d'Ivoire dans la paix". Dans le cadre de la moralisation de la société ivoirienne, l’imam Coulibaly a demandé aux autorités de prendre des mesures rigoureuses  pour éradiquer la corruption en Côte d’Ivoire. « C’est ensemble que nous vaincrons les maux qui minent notre société », a-t-il insisté.

Mais avant, expliquant le sens de l’Aïd-el-kébir, l'imam Coulibaly a souligné qu'il s'agit de célébrer le "souvenir du modèle de soumission à Allah qu'est le prophète Abraham,  le père du monothéisme". Ne perdons pas de vue l'objectif de ce sacrifice, l'immolation d'un bélier. "Chaque poil de la bête immolée sera une bénédiction pour le croyant, le jour du jugement dernier", dira-t-il sur la base des traditions prophétiques (Hadiths).

Salif D. CHEICKNA
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 354 fois Dernière modification le mardi, 21 août 2018 13:56