Print this page

Semaine nationale de la propreté: ‘’A chaque Ivoirien, son balai’’

jeudi, 02 août 2018 11:20
Semaine nationale de la propreté: ‘’A chaque Ivoirien, son balai’’ Crédits: DR

Le gouvernement remet le couvert dans la lutte engagée contre l’insalubrité, avec un accent cette année sur la mobilisation du corps social autour de l’esthétique du cadre de vie.

Anne Désirée Ouloto, ministre de l’Assainissement et de la Salubrité, et François Albert Amichia ont co-présidé mercredi, dans l’après-midi, dans la salle Félix Houphouët-Boigny de l’Hôtel du District autonome d’Abidjan, la cérémonie officielle de lancement de la troisième édition de la semaine nationale de la propreté, couplée avec la 18e édition de l’opération grand ménage prévue le 4 août dans la commune de Toulepleu.

Au cours de cette semaine du civisme et de la citoyenneté initiée depuis 2016 et qui vise à développer chez les Ivoiriens un comportement éco-citoyen, l’un des axes forts puisés dans les objectifs stratégiques consiste, pour cette année, à mobiliser davantage tout le corps social autour de l’amélioration de la salubrité et de l’esthétique du cadre de vie.

Car Anne Désirée Ouloto, dans un cri du cœur a reconnu que l’incivisme des Ivoiriens plombe et freine les efforts inlassables déployés à ce jour par le gouvernement avec le concours très précieux des Ong et des Organisations de la Société civile en vue de créer ou de recréer un environnement sain et un cadre de vie agréable dans les villes ivoiriennes.

Elle a alors interpellé ses concitoyens dont elle ne veut désespérer du sens du patriotisme en empruntant à Fenoux ses propos tenus en 1897 : «La malpropreté est un indice de négligence, de désordre, de paresse, d’un manque de goût et de faiblesse. En revanche, être propre est un devoir de l’esprit et la propreté habituelle est un indice des plus belles qualités morales.»

Le ministre de l’Assainissement et de la Salubrité a donc invité chaque Ivoirien à se saisir de son balai et de tout autre matériel pour créer la salubrité, pour traduire dans les faits le thème de ladite semaine nationale de propreté ainsi libellé : « un cadre de vie sain, une responsabilité au quotidien. Changeons de comportements et adoptons de bons gestes.»

Pour ce faire, le ministre a vivement engagé les chefs traditionnels et les guides religieux à redoubler d’efforts dans les campagnes de sensibilisation, car les Ivoiriens doivent de façon impérieuse retrouver ces gestes usuels et culturels qui commandaient que dans les villages les femmes balaient quotidiennement leurs cours et même les cimetières et que dans les villes, on prenne plaisir aux travaux de ravalement des façades des résidences.

François Albert Amichia, le ministre de la Ville, a dévoilé le contenu de son portefeuille ministériel et les principaux axes et enjeux de son action. Il doit contribuer à assurer un environnement et un cadre de vie sain et agréable. Et ce, en veillant que les nouveaux quartiers soient bâtis dans le respect du schéma directeur du District d’Abidjan.

Avec toutes les commodités qu’offriront les infrastructures socio-économiques indispensables à un meilleur environnement et cadre de vie. Notamment des écoles, des aires de jeux, des marchés et supermarchés, des centres de santé. Il a surtout rappelé à la conscience des citoyens que toute commune doit avoir une identité et une personnalité et que même la tenue vestimentaire devrait permettre d’identifier la ville, la commune ou le quartier de provenance de tout citoyen.

Pour dire combien la problématique de la salubrité et du cadre de vie est une question essentielle et même existentielle. Trois des Ong qui l’ont déjà compris ont été récompensées par des trophées, des diplômes et des enveloppes dont les contenus ont évolué de 500, à 1 million de Fcfa.

Le premier prix, l’Ong « Balai de vie » avec 131 comités locaux et 4000 bénévoles, vient d’Agboville. Et l’exemple qu’elle donne avec les deux autres a décidé le ministère de l’Assainissement et de la Salubrité à inscrire pour le 13 août, une opération spéciale baptisée « Marché sans sachets plastiques » pour lutter contre l’hydre des sachets plastiques à Adjamé, d’une part, et d’autre part à organiser une journée scientifique le 10 août à la bibliothèque nationale, sur la problématique de la salubrité et l’intensification de la stratégie de sensibilisation pour que les populations s’approprient cette lutte.

Franck A. Zagbayou

Read 169 times Last modified on jeudi, 02 août 2018 11:27