• Accueil
  • Nos Unes
  • Secteur bancaire: La digitalisation des opérations financières au centre d’un déjeuner débat

Secteur bancaire: La digitalisation des opérations financières au centre d’un déjeuner débat

samedi, 20 juillet 2019 16:15

La digitalisation des opérations financières, quelles opportunités dans l’espace Uemoa ? » C’est le thème d’un déjeuner-débat, organisé ce samedi 20 juillet 2019, à l’hôtel Pullman, au Plateau.

Initiée par l’Association des diplômés du master en Banque et finance (Ad-Mbf) du Cesag, avec à sa tête, Laurent Ligué, le président,  cette rencontre a réuni près de 100 participants. Venus en majorité de la Côte d’Ivoire, mais aussi, du Niger et du Togo.

A l’occasion, le secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du budget et du portefeuille de l’Etat Sanogo Moussa, parrain de la cérémonie, était représenté par son conseiller technique, Daouda Kamagaté.

Ce dernier a indiqué que ce thème est au cœur des enjeux de développement du secteur financier, et partant, de la transformation de leurs économies.  « L’Afrique a raté la révolution industrielle. Mais elle ne doit pas rater la révolution de la digitalisation. En effet, la digitalisation se positionne aujourd’hui, comme l’un des processus, fondamentalement irréversibles, pour toute organisation, qui se veut performante et moderne. Le 21e siècle sera un siècle de digitalisation », a-t-il affirmé. Ajoutant qu’il est temps de mettre l’accent sur la digitalisation de nos administrations et du secteur privé.

Il a souligné que conscients des enjeux, les gouvernements et Etats de la Bceao, avec l’appui des institutions bancaires internationales telles que la Bad, la Banque mondiale, le Fmi, se sont engagés à œuvrer pour la digitalisation des économies des pays en voie de développement.

« C’est pourquoi, plusieurs mesures et actions sont prises dans ce sens, afin de permettre d’atteindre cet objectif. Entre autres, le développement de la monnaie électronique et l’interopérabilité entre les plateformes financières numériques », a-t-il poursuivi. Le conseiller technique du ministre Sanogo Moussa a aussi noté, que la Côte d’Ivoire, pays de 26 millions d’habitants, compte 34 millions d’abonnés au téléphone, 14 millions d’abonnés à Internet, et 10 millions d’utilisateurs de mobile monnaie, avec une transaction journalière d’environ 17 milliards de Fcfa.  « Ce qui fait de notre pays, un terreau où il faut faire développer la digitalisation », a-t-il dit.

Pour sa part, le président de l’association des diplômés du master en Banque et finance a souligné que le but de ce déjeuner débat était de permettre aux participants de cerner le phénomène de la digitalisation, qui est nouveau. « Le déjeuner débat de ce jour, consacré au phénomène de la révolution digitale dans les opérations financières, participe donc, à mettre en lumière, les enjeux et opportunités pour l’ensemble des acteurs économiques, de nos jeunes Etats, en vue de maximiser la création de valeur, grâce aux nouvelles technologies. Cela, entre autres, par une inclusion financière plus significative, dans l’ensemble de la société », a-t-il affirmé. Avant d’ajouter que la digitalisation est une conséquence de la révolution numérique, qui touche tous les secteurs de l’activité économique.  

« Pour nous, la digitalisation est une opportunité pour pouvoir accélérer l’inclusion financière en Afrique que souhaitent nos gouvernements. Il était donc,  important pour nous, de comprendre les ressorts, les enjeux, les opportunités mais aussi les risques de la digitalisation. Car, il y a des risques dans toutes activités », a-t-il indiqué.

La cérémonie a été meublée par un panel auquel ont pris part, plusieurs cadres du secteur bancaire.

CASIMIR DJEZOU

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.