Imprimer cette page

"Opération Junction Rain" : 64 bateaux rencontrés, 45 arraisonnés et 10 déroutés pour motif de contrebande…

samedi, 01 septembre 2018 10:23

Une opération militaro-américaine s’est déroulée, pendant 10 jours, dans les eaux sous juridiction ivoirienne.

"Opération Junction Rain" : 64 bateaux rencontrés, 45 arraisonnés et 10 déroutés pour motif de contrebande…

Le ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko a présidé, hier, à la base navale d’Abidjan (Locodjoro),  la cérémonie de clôture de « L’Opération Junction Rain» qui s’est déroulée, du 20 au 31 août, dans les eaux sous juridiction ivoirienne. Il représentait le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, à cette cérémonie qui entre dans le cadre de la coopération militaire ivoiro-américaine.

Cette opération vise à renforcer les capacités de l’ensemble des administrations de l’action de l’État en mer, à travers la mise en œuvre d’opérations spécifiques de sécurisation des plans d’eaux nationaux et de l’espace maritime. Dans sa phase exécutoire menée pendant les 10 jours, des opérations navales ont été conduites, parmi lesquelles des reconnaissances aéronavales, des manœuvres navales et le contrôle des zones maritimes Est et Ouest.

Au terme des opérations, le bilan tactique fait état de 64 bateaux rencontrés, 45 arraisonnés et 10 déroutés pour motif de contrebande et de pillage des ressources halieutiques. Au plan juridique, 10 dossiers ont été transmis aux juridictions compétentes : 6 ont été amen bdés et 4 sont en cours de traitement. Cette opération a permis de porter la capacité de surveillance des côtes ivoiriennes de 15 à 30%. En tout, 251 personnes ont été impliquées dans la mise en œuvre de « l’Opération Junction Rain ».

La Marine ivoirienne a fourni 161 personnes, les autres administrations, 78 personnes  et  12 gardes de côte américains. Le ministre d’État, Hamed Bakayoko, s’est dit satisfait de cette collaboration  entre les marines ivoirienne et américaine. Pour lui, la sécurisation des côtes ivoiriennes, au-delà des aspects financiers, répond plus à un enjeu de souveraineté nationale.

C’est pourquoi il assure que le gouvernement mettra tout en œuvre à l’effet de renforcer les mesures de surveillance. Le ministre en charge de la Défense souhaite réduire le pillage de la pêche. Notons que la pêche légale peut contribuer à renflouer les caisses de l’État à hauteur de 13 milliards de FCfa par an. Le ministre d’État  a donc  promis de transmettre les doléances des marins au Président de la République, Alassane Ouattara, pour que les moyens soient dégagés à cet effet.

Au terme de l’opération, les marins ont fait des recommandations au niveau stratégique : ils souhaitent la  nomination de préfets maritimes pour les actions de l’État en mer. Ils demandent aussi que la Marine nationale soit dotée d’une embarcation  de haute portée.

John Grumbleton, le représentant des Forces navales américaines en Afrique (Navaf), a rassuré  le ministre d’État, Hamed Bakayoko, que la marine américaine sera toujours disponible à  accompagner ses partenaires africains, notamment la Côte d’Ivoire, pour faire face aux menaces contre l’environnement maritime.

BROU   PRESTHONEL

Lu 340 fois Dernière modification le samedi, 01 septembre 2018 10:53