• Accueil
  • Nos Unes
  • Marketing des entreprises: Des Pme et Pmi renforcent leurs capacités

Marketing des entreprises: Des Pme et Pmi renforcent leurs capacités

jeudi, 25 octobre 2018 13:34
Marketing des entreprises: Des Pme et Pmi renforcent leurs capacités Crédits: DR

Ils sont une vingtaine de représentants de Petites et moyennes entreprises (Pme) et Petites et moyennes industries (Pmi) qui ont pris part depuis du 16 au 19 octobre à Cocody, au séminaire de formation sur le marketing.

Il vise à renforcer les capacités de ces participants qui interviennent dans les secteurs de l’agro-alimentaire, l’agro-industrie, l’électricité et l’imprimerie. Thème de la rencontre: « Marketing-management-créer de la valeur ».

Elle intervient après la dernière qui a eu lieu le mois dernier à Abidjan et ciblait les chefs d’entreprises opérant dans les secteurs de l’agro-alimentaire, l’agro-industrie, l’électricité, la métallurgie et la transformation du bois. En décembre prochain, il est prévu, toujours dans le cadre de ce projet, un autre séminaire, mais cette fois sur le management : « planifier la grande performance ».

Ce séminaire de formation s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui au renforcement de la compétitivité du secteur industriel (Parcsi) financé par le groupe de la Banque africaine de développement (Bad). L’objectif étant de doter les entrepreneurs en Côte d’Ivoire d’outils pragmatiques pour le succès de leurs activités.

Le Parcsi (9,4 milliards de FCfa), d’une durée de quatre ans, s’inscrit, lui, dans le Programme national de restructuration et de mise à niveau (Pnrmn, 152,6 milliards de FCfa), et vise à appuyer la mise à niveau de 50 entreprises, à accompagner 50 autres à la certification qualité, sans oublier l’accompagnement des structures intervenant dans le secteur industriel.

Ce projet arrive à un moment où la Côte d’Ivoire a décidé d’accélérer le développement de son secteur industriel. Rien que pour certains produits agricoles (cacao, anacarde, hévéa, mangue, ananas, café…), l’Etat envisage de renforcer les taux de transformation, jugés faibles. Contribuant à plus de 25% dans la formation du Produit intérieur brut (Pib) actuellement, à l’horizon 2020, les autorités visent à porter la part de ce secteur à 40%.

ANOH KOUAO

Read 322 times Last modified on jeudi, 25 octobre 2018 14:12