Forum des diasporas africaines à Paris/Venance Konan : « Le temps où l’Afrique devait tendre la main est désormais révolu »
  • Accueil
  • Nos Unes
  • Forum des diasporas africaines à Paris/Venance Konan : « Le temps où l’Afrique devait tendre la main est désormais révolu »

Forum des diasporas africaines à Paris/Venance Konan : « Le temps où l’Afrique devait tendre la main est désormais révolu »

dimanche, 24 juin 2018 13:20

Le directeur général de Fraternité Matin a modéré les travaux de cet important événement placé sous le haut patronage du président français, Emmanuel Macron.

Forum des diasporas africaines à Paris/Venance Konan : « Le temps où l’Afrique devait tendre la main est désormais révolu »

Il y avait foule, ce 22 juin au Palais des congrès de Paris. Plus de 2 000 invités s’y étaient en effet rassemblés, pour prendre part à un événement inédit, le Forum des diasporas africaines, le premier à fédérer autour du rôle économique, politique et socioculturel positif des diasporas, dans un contexte européen largement gagné par la criminalisation des migrations.

Vu le caractère novateur de ce forum insistant sur le rôle de créateurs de valeur des membres des diasporas africaines en Europe, en France en particulier, le Président de la République française, Emmanuel Macron, y a apporté son haut patronage, y déléguant plusieurs jeunes membres dynamiques des diasporas élus au parlement ou dans d’autres assemblées locales françaises, qui n’ont pas manqué de valoriser l’image d’un président français « fermement engagé dans la promotion de cette catégorie de la population française et  dans l’ouverture d’une nouvelle ère de relations franco-africaines ».

A événement marquant, personnalités de renom. 120 conférenciers de haut niveau, une centaines de journalistes et des personnalités issues de gouvernements et de la haute administration de pays africains représentant les diasporas les plus nombreuses, ont effectué le déplacement. Pour ouvrir les débats, les principaux organisateurs, Jean-Louis Guigou, président de l’Ipemed (Institut de prospective économique du monde méditerranéen) et le Conseil d’orientation, organe fédérant les diverses diasporas africaines, ont fait appel à « un journaliste et écrivain célèbre, patron d’un grand groupe de presse aux idées novatrices et modernes », Venance Konan. Un immense honneur fait à la Côte d’Ivoire en général, et à Fraternité Matin en particulier dans une assemblée regorgeant de talents.

Avec l’humour contagieux qu’on lui connaît et qui a contribué à sa réputation d’écrivain en France et ailleurs, le Directeur général du groupe Fraternité Matin a apporté un brin de fraîcheur et d’enthousiasme à la cérémonie d’ouverture des travaux, au côté du commissaire général du forum, Marc Hoffmeister, Directeur de publication de la revue spécialisée Classe Export. Dès les premiers mots de M. Konan, les applaudissements fusent. A Marc Hoffmeister qui lui demande de dire quelques mots au sujets de son dernier ouvrage « Si le Noir n’est pas capable de se tenir debout, laissez-le tomber », le patron de Fraternité Matin répond aussitôt par un vibrant : « Retenez surtout la deuxième partie du titre de l’ouvrage : « Tout ce que je vous demande, c’est de ne pas l’empêcher de se tenir debout ».

Le ton est donné. « Nous pensons, ajoute-t-il, que le temps où l’Afrique devait toujours tendre la main est désormais révolu, et qu’il nous appartient, nous Africains d’Afrique et des diasporas, de nous tenir debout et de construire notre avenir, à partir des multiples opportunités qui sont les nôtres ». C’était comme si M. Konan prêchait des convertis, tant les youyous de soutien ont afflué.

Après cet intermède introductif inhabituel pour pareille manifestation souvent codée et fortement convenue, Venance Konan a lancé véritablement le Forum en posant à l’organisateur principal, M. Jean-Louis Guigou, la question que beaucoup se posaient en solo : pourquoi un tel forum des diasporas africaines, et pourquoi maintenant ? Le promoteur de l’axe Afrique-méditerranée-Europe (AME) répond, sans ambages : « Qui mieux que les diasporas méditerranéennes et africaines pour favoriser l’arrimage des continents européen et africain ? Le Forum des diasporas africaines a pour objectif d’innover, de fédérer et d’agir. Il entend favoriser l’échange d’expériences, le partage de solutions entre experts, membres de la diaspora et représentants du secteur privé ; contribuer sans tabous aux débats sur le rôle économique des diasporas méditerranéennes et africaines dans leur pays d’accueil et leur pays d’origine ; susciter l’émergence de projets communs à l’occasion de rencontres, d’espaces et d’ateliers de travail opérationnels et axés sur des problématiques économiques-clés comme l’entreprenariat, le financement de projets, l’emploi ».

La parole a ensuite été donnée aux autres intervenants de cette séance inaugurale : Rémy Weber, président du Directoire de la Banque postale, l’un des principaux partenaires de l’événement, Ousmane Tanor Dieng, ancien patron du parti socialiste sénégalais, actuellement président du Haut Conseil des collectivités territoriales du Sénégal, Chakib Benmoussa, ambassadeur du Maroc en France, Lionel Zinsou, patron de Southbridge que Venance Konan a titillé avec une question qui a proqué l’hilarité générale : « Monsieur Zinsou, vous considérez-vous comme Béninois ou comme Français ? »…

Mobiliser les compétences et les investissements des talents de la diaspora et les connecter à des opportunités dans les pays d’origine, telle était l’une des ambitions de ce Forum des diasporas. Plusieurs recommandations sont sorties des tables-rondes et des ateliers ayant meublé cette journée, que les organisateurs ont promis de transformer, très vite, en actions concrètes. Afin de mieux utiliser les compétences des diasporas et orienter leurs transferts de fonds, devenus plus importants que l’aide au développement et les investissements directs étrangers cumulés, vers des projets de développement effectifs en Afrique.

Pour Venance Konan, le Forum des diasporas ne s’est pas arrêté à cette entame tonitruante, qui a fait honneur à la Côte d’Ivoire également représentée par le président de la Chambre de commerce et d’industrie, Faman Touré, et Issiaka Konaté, directeur général des Ivoiriens de l’extérieur au ministère ivoirien de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur.

Tout au long de la journée, le grand prix littéraire d’Afrique noire et Prix Rabelais avec son ouvrage-biographie d’Edem Kodjo, a dédicacé plusieurs exemplaires de son dernier-né « Si le Noir n’est pas capable de se tenir debout… », se soumettant volontiers aux séances photos, selfies et débats animés avec les participants au Forum. Convié à parcourir les capitales africaines pour des dédicaces et débats autour de ce thème d’actualité qu’est la nécessité pour les Africains de prendre leur destin en main, le directeur général de Fraternité Matin y a répondu favorablement.

Valentin Mbougueng, envoyé spécial à Paris

Lu 381 fois Dernière modification le dimanche, 24 juin 2018 13:32