• Accueil
  • Nos Unes
  • Duékoué: Des élèves débraient après l’agression d’un des leurs par un fondateur

Duékoué: Des élèves débraient après l’agression d’un des leurs par un fondateur

jeudi, 20 novembre 2014 18:12
Une vue des élèves en colère et ce qui reste de la voiture de l’économe. Une vue des élèves en colère et ce qui reste de la voiture de l’économe. Crédits: Saint-Tra Bi

[20-11-2014. 19h00] Ils ont détruit au passage le véhicule de l’économe de l’établissement avant de se rendre au domicile du fondateur.

Duékoué: Des élèves débraient après l’agression d’un des leurs par un fondateur

Les élèves des établissements secondaires de Duékoué ont débrayé, ce jeudi 20 novembre 2014, pour protester contre le fondateur du collège Igep, Touré Mamadou, pour avoir battu et blessé une élève en classe de 3ème dans son établissement.

Ils ont endommagé au passage le véhicule de l’économe de l’établissement avant de se rendre au domicile dudit fondateur. Après des jets de pierre dans la résidence de ce dernier, la police a dispersé les manifestants à l’aide de gaz lacrymogène pour éviter le pire.

Selon des élèves rencontrés, ils ont voulu exprimer à travers cette manifestation leur ras-le-bol contre les agissements du fondateur Touré Mamadou. « Beaucoup de nos camarades ont déjà fait les frais de la colère permanente de Touré Mamadou. On ne peut pas accepter que celui qui est sensé nous protéger batte et blesse une élève pour n’avoir pas respecté le règlement intérieur de l’établissement. Trop c’est trop. Nous voulons aussi dire à M. Touré qu’on n'exerce plus de violence sur la femme de nos jours »,explique  D.B., élève en classe de seconde.

La jeune élève blessée a été transférée au centre de santé scolaire et universitaire de la ville. Des points de suture ont été faits pour refermer la blessure au niveau de l’œil gauche. Elle a regagné son domicile le visage tuméfié.

Le calme est revenu après une rencontre entre les élèves et les autorités préfectorales qui avaient à leur côté les responsables du système éducatif de la ville. Les classes sont restées fermées pour éviter de nouvelles protestations.

Saint-Tra Bi
Correspondant régional