• Accueil
  • Nos Unes
  • Développement/Le maire Kouassi Brice lance un appel aux cadres locaux: ''Quand on regarde Didiévi, il n’y a pas de quoi en être fier''

Développement/Le maire Kouassi Brice lance un appel aux cadres locaux: ''Quand on regarde Didiévi, il n’y a pas de quoi en être fier''

samedi, 10 août 2019 17:40
Le maire de Didiévi, Brice Kouassi Le maire de Didiévi, Brice Kouassi Crédits: Sébastien Kouassi

« Ensemble pour construire Didiévi ». C’est sous ce thème évocateur de la volonté d’union chère à la nouvelle municipalité, qu’ont eu lieu les états généraux du développement de la commune, les 8 et 9 août. Clôturant le vendredi, ces deux journées qu’il a lui-même initiées, le maire Kouassi Brice a lancé un vibrant plaidoyer aux cadres de la région.

D’eux, il attend que chacun revienne donner à sa localité d’origine le minimum qu’elle lui a donné, sur le plan économique, culturel, artistique, politique... « L’Etat peut nous construire des écoles, des routes, des hôpitaux. L’Etat peut faire beaucoup, mais l’Etat ne pourra pas nous amener à aimer nos villages ou à aimer nos parents », a-t-il indiqué, devant plusieurs centaines de personnes, des autorités traditionnelles, religieuses, préfectorales et cadres locaux réunis dans la cour de la mairie.

« Il est temps maintenant de revenir à Didiévi, de nous impliquer dans le développement de Didiévi, de nous mettre à la disposition de Didiévi. Quand on regarde Didiévi, il n’y a pas de quoi en être fier », a-t-il déploré. Didiévi est, en effet, un condensé d’histoires et de symboles. Ce fut le village paternel du premier Président de la Côte d’Ivoire moderne, Félix Houphouët-Boigny. C’est la terre natale d’anciens compagnons du « Vieux », notamment l’ancien ministre Léon Konan Koffi. C’est la terre d’origine du président du Sénat actuel, Jeannot Ahoussou-Kouadio, pour ne citer que ces illustres personnalités. Et pour le jeune maire, le cadre de la localité n’est pas à la hauteur de ces illustres cadres.

« Travaillons à faire venir tout le monde, à amener tous les ressortissants de Didiévi dans leur localité », a-t-il insisté, donnant des indices de ses prochaines actions. Notamment la réalisation d’un projet de construction qui, en partenariat avec la Sicogi, devrait amener chaque fils de la région à construire chez lui.

De ces états généraux, le premier magistrat de Didiévi dit en avoir tiré une source de motivation supplémentaire. Ce fut, pour lui, une manière de maintenir la flamme de la mobilisation des populations au chevet de leur localité. « Nous devons nous mettre ensemble pour que toutes ces réalisations puissent être traduites en actes pour Didiévi. Nous dévons mettre nos forces ensemble pour réaliser nos projets », a exhorté Kouassi Brice. Le cadre théorique tracé, les actions devraient donc suivre.

« L’objectif général de ces états généraux de Didiévi qui est de créer un cadre d’échanges et de réflexion en vue de permettre à la population d’exprimer une vision partagée du développement de la commune de Didiévi, est largement atteint », s’est réjoui le préfet Ouattara Fangayerba Joseph. Qui espère que la flamme de l’union demeurera vive entre les différents acteurs locaux.

Benoit HILI