• Accueil
  • Nos Unes
  • Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO

Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO

mardi, 09 janvier 2018 22:12
Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO Crédits: DR

Des militaires exigent le départ de Bouaké des éléments du Ccdo, le payement de leurs primes de mission, leur formation, leur avancement dans les grades ou encore le payement de 12 millions FCfa des éléments faisant partie des 8400 qui n'avaient pas perçu leur dû l’année dernière

Crépitement des armes à Bouaké: Des militaires ont attaqué à l’arme lourde le CCDO

Que se passe-t-il à l’intérieur du camp de la 3è région militaire, le plus grand camp militaire de Bouaké ? Depuis les échauffourées qui ont eu lieu entre frères d’armes, à savoir entre certains éléments du Ccdo (Centre de coordinations des décisions opérationnelles) et les militaires de la 3è région militaire qui a causé la mort d’un soldat, au petit matin du vendredi dernier, le feu couve au sein de cette unité. Et pour cause.

Déjà, dans la nuit du lundi au mardi vers 4h du matin, les habitants du quartier Sokoura ont entendu des coups de feu en provenance de ce camp militaire. Aux environs de 10h et cela pendant une trentaine de minutes, des coups de feu ont encore été entendus mais toujours localisés au sein du camp.

Lorsque nous avons approché les sentinelles postées devant le camp de la 3è région militaire, ils nous ont dit que c’était des tirs d’entraînement. Une fois la nuit tombée, les tirs ont encore repris, cette fois de façon répétée. Des coups de feu qui ont été entendus jusqu’au quartier commerce.

Par la suite vers 21h des militaires lourdement armés partis de leur camp ont fait mouvement vers le camp du Ccdo. Des affrontements ont été engagés entre les deux corps. Les populations aux alentours de ces camps paniquées se sont terrées chez elles.

Il faut noter que les hommes de médias ont pu se saisir d’un document dans lequel les soldats en colère ont dressé une liste de cinq revendications. A savoir, qu’ils souhaitent le départ de Bouaké des éléments du Ccdo, le payement de leurs primes de mission, leur formation, leur avancement dans les grades ou encore le payement de 12 millions FCfa des éléments faisant partie des 8400 qui n'avaient pas perçu leur dû l’année dernière.

Ce document est-il officiel ? Toujours est-il que les coups de feu qui se font entendre depuis quelques jours au sein de ce camp militaire qui a été l’épicentre des mutineries de l’année dernière, ne rassurent pas du tout la population. Elle vit pratiquement la peur au ventre.

Suite à l’altercation entre soldats en fin de semaine dernière, l’Etat-major général des armées avait produit un communiqué dans lequel, il est dit qu’un haut gradé de l’armée avait été dépêché à Bouaké pour s’enquérir de la situation et calmer les esprits.

CHARLES KAZONY
CORRESPONDANT REGIONAL

Read 775 times Last modified on mardi, 09 janvier 2018 23:25