• Accueil
  • Nos Unes
  • Côte d’Ivoire/Guillaume Kigbafori : « Je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de président de l’Assemblée nationale »

Côte d’Ivoire/Guillaume Kigbafori : « Je demeure serein tout en quittant ce poste aisé de président de l’Assemblée nationale »

vendredi, 08 février 2019 12:25

Le Président de la République avait lors d'une rencontre avec les journalistes annoncé la nouvelle de la démission du président de l’Assemblée nationale Guillaume Kigbafori.

Ce vendredi 8 février 2019, c’est désormais chose faite. Celui qui a incarné la représentation nationale pendant deux mandatures a proposé sa démission à ses pairs lors de la première session extraordinaire de l’année 2019. Un seul point à l’ordre du jour : information. Sur 252 députés 242 étaient présents.

« L’heure a sonné. Le président de la République et moi-même avions convenu de la convocation de cette session extraordinaire (…) Venons-en à l’ordre du jour de cette session. J’ai choisi de ne pas m’engager au sein du Rhdp unifié… En ce qui me concerne, il ne peut être question de défiance (…) Refuser de démissionner conduirait à une crise institutionnelle (…) Ce n’est pas ce que je souhaite pour la Côte d’Ivoire (…) On ne peut risquer la paix parce que l’on veut s’accrocher à un poste (…) Je demeure serein, tout en quittant ce poste aisé de président de l’Assemblée nationale tout en poursuivant mes convictions », a déclaré le président Guillaume Kigbafori Soro.

Guillaume Soro a indiqué qu’après son refus de s’engager au Rhdp-Unifié qu’il était face à un dilemme. Soit trahir ses convictions pour sauver son poste et pouvoir se regarder dans une glace. Ou refuser de démissionner. Ce qui conduirait à une crise institutionnelle.  Le président de l’Assemblée nationale aurait donc choisi de démissionner pour ne pas prendre le « risque de mettre en péril la paix fragile » en Côte d’Ivoire.

Arrivée au Palais de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro a été accueilli par le Vice-président Oulla Privat qui assurait son intérim ainsi que les membres du bureau de l’Assemblée et de son cabinet.

Ce vendredi 8 février 2019 sur le compte twitter de celui qui allait devenir quelques heures plus tard ex-président de l’Assemblée nationale, l’on pouvait lire : « Bonjour chers tous. N’arrive à l’homme que ce que Dieu permet. Que la paix règne sur la Côte d’Ivoire (...) Sommes-nous toujours à l'écoute de Dieu quand il nous parle ? Parfois non! Assumons nos choix. »

Salif D. CHEICKNA

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Read 226 times Last modified on vendredi, 08 février 2019 14:32