• Accueil
  • Nos Unes
  • Conseil des ministres: Ouattara réclame au gouvernement des actes et des résultats

Conseil des ministres: Ouattara réclame au gouvernement des actes et des résultats

jeudi, 10 janvier 2019 11:22
Conseil des ministres: Ouattara réclame au gouvernement des actes et des résultats Crédits: Bosson Honoré

Sans surprise, le gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly a effectué sa rentrée sous le signe d’un social hardi.

48 heures après avoir reçu les vœux des Corps constitués, le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a présidé hier le tout premier Conseil des ministres de l’année.

La rentrée ministérielle au Palais présidentiel du Plateau a été ponctuée d’engagements renouvelés du Président de la République sur le triple front du social, du dialogue politique et de la consolidation des acquis diplomatiques.

Certes, avait-il rappelé, le cap dans son message du 31 décembre 2018. Alassane Ouattara réclame maintenant de « l’action » et des « résultats ».

« L’année 2019 a été placée sous le signe du social. Nous devons être plus efficaces, plus déterminés, plus solidaires pour la réalisation effective des activités inscrites dans le plan d’action 2019. J’attends donc de chacun de vous, de l’action et des résultats », a-t-il requis, hier. Si l’année 2018 a permis, à ses yeux, des « progrès » au plan socio-économique et en matière d’infrastructures, les 12 prochains mois doivent être ceux de la « consolidation ».

« Je vous demande de mettre un accent particulier sur l’action sociale du gouvernement, avec la mise en œuvre du programme social du gouvernement. Ce programme, tout comme les autres programmes prioritaires qui seront finalisés en 2019, doit faire l’objet d’un suivi que le gouvernement devra mettre en place. J’attends, de vous, la transformation du programme social du gouvernement en une réalité concrète », a-t-il insisté, à l’ouverture du Conseil des ministres.

Le président ivoirien attend également du gouvernement la consolidation des acquis diplomatiques. « La Côte d’Ivoire, en cette année 2019, doit continuer à être un acteur de premier plan sur la scène internationale, grâce à une diplomatie qui privilégie le dialogue et le consensus », a-t-il également exhorté.

La vision étant ainsi fixée, l’action revient au chef de son gouvernement.

Dans le rôle du capitaine du bateau, aux prises avec les vagues du quotidien, le Premier ministre a assuré de son engagement ferme à traduire en actes « les instructions » du Chef de l’Etat. « Je puis rassurer que le gouvernement est déjà activement et assidûment au travail pour traduire ce programme en actions concrètes dans chacun de ces domaines concernés », a promis Amadou Gon Coulibaly qui a annoncé « des mesures à fort impact » pour lutter contre la cherté de la vie.

Sur le front politique, singulièrement, au niveau de la recomposition souhaitée de la commission électorale indépendante (Cei), il a indiqué que « les formations politiques seront saisies cette semaine » pour une invitation à discuter, à compter du lundi 21 janvier ».

D’un montant de 727,5 milliards de francs CFA, le plan social du gouvernement est une sorte de « plan d’urgence », à l’image des programmes d’urgence de sortie de crise débutés en 2011.

Le programme couvre, notamment les secteurs de la santé de la protection sociale, l’éducation et la formation des jeunes, l’eau potable, l’électrification rurale, la promotion de l’emploi des jeunes, l’autonomisation de la femme, et l’amélioration du cadre de vie en milieu rural.

Des 727,5 milliards de francs CFA, 300 sont supportés par le budget 2019. 250 milliards de FCFA sont déjà acquis auprès des bailleurs de fonds étrangers. Il reste à mobiliser le montant restant.

La volonté affichée du gouvernement, selon son porte-parole, Sidi Touré est « de parvenir à une croissance économique qui génère un bien-être social des populations, avec un service public accessible, efficace et de qualité ». Un comité de pilotage de ce plan rassemblera les services du gouvernement, les collectivités locales, les partenaires techniques et financiers, le secteur privé et la société civile.

Le gouvernement montre sa volonté de garder également le cap dans ses efforts de capter le maximum d’investissements directs étranger (Ide). Le pays demeure le plus attractif dans la zone Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), avec 25.8% de l’Ide.

Alassane Ouattara se rend aujourd’hui à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, où il participera à la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Uemoa. Organisation dont il est le président en exercice.

Des mesures individuelles, des projets de décrets ou de lois, ainsi que des communications ont sanctionné, le conseil d’hier. Comme à l’accoutumée.

Benoit HILI

Read 395 times Last modified on jeudi, 10 janvier 2019 11:35