• Accueil
  • Nos Unes
  • Autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, chemin de fer, électricité, terrorisme: Ouattara et Kaboré s’attaquent aux grands dossiers

Autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, chemin de fer, électricité, terrorisme: Ouattara et Kaboré s’attaquent aux grands dossiers

mercredi, 31 juillet 2019 10:02
Le Chef de l'Etat a été accueilli le mardi, à son arrivée, par son homologue Roch Kaboré. Le Chef de l'Etat a été accueilli le mardi, à son arrivée, par son homologue Roch Kaboré. Crédits: DR

La 8e Conférence au Sommet des Chefs d’Etat du Tac se tient aujourd’hui à Ouagadougou où se trouve depuis hier le Président Alassane Ouattara.

Le Président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a accueilli hier après-midi son homologue ivoirien Alassane Ouattara, à l’aéroport international de Ouagadougou. Les deux Chefs d’Etat, qui se retrouvent ce matin pour l’ouverture officielle de la 8e Conférence au Sommet du Traité d’amitié et de coopération (Tac) entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire, ont eu hier une séance de travail à l’hôtel Laico où le Président Ouattara a pris ses quartiers.

Dans la journée d’hier, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly et son homologue burkinabé Christophe Joseph Dabiré ont travaillé sur les dossiers à l’ordre du jour du 8e Tac.

Cette conférence qui a débuté depuis le 27 juillet prend fin aujourd’hui avec un Conseil des ministres conjoint et une rencontre entre les Présidents Alassane Ouattara et Roch Marc Christian Kaboré. Elle sera marquée par la signature de plusieurs accords bilatéraux et la signature d’un communiqué conjoint.

Les dossiers épluchés hier par le conseil de gouvernement conjoint sont nombreux.

L’autoroute Abidjan-Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya et son prolongement jusqu’à Tambao, l’approvisionnement régulier du Burkina Faso en énergie électrique et en hydrocarbures par la Côte d’Ivoire sont les chantiers régulièrement inscrits à l’ordre du jour du Tac. Tout comme l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme de facilitation du commerce, du transit et du transport sur le corridor Abidjan-Ouagadougou. Une question qui soulève la problématique de la fluidité routière entre Abidjan et Ouagadougou.

Cette année, les Présidents Ouattara et Kaboré évoqueront la lutte contre la traite transfrontalière des enfants, la question post-évacuation du Mont Péko et la mise en place du fonds commun pour la jeunesse et celui dédié à la femme.

Ces deux derniers ont vu le jour lors du dernier Tac qui a eu lieu à Yamoussoukro. En effet, le deuxième accord du 7e Tac avait porté sur la mise en place du Fonds d’amitié ivoiro-burkinabè pour la promotion de la Femme. « Nous avons pu, aujourd’hui, d’un commun accord, donner, pour les trois prochaines années, 250 millions FCfa pour chaque pays afin d’élaborer et mettre en œuvre ce Fonds… », disait la ministre burkinabé de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille. Qui avait précisé que ce Fonds est destiné aux projets intégrateurs. « Ce sont donc des projets de femmes qui travaillent sur le Burkina et la Côte d’Ivoire et un comité paritaire a été mis en place pour étudier les projets des postulants dans le cadre de ce Fonds », avait-elle ajouté.

Le troisième accord de la réunion de Yamoussoukro avait instauré le Fonds d’amitié ivoiro-burkinabè pour l’insertion des jeunes. Ce Fonds a été doté de 200 millions FCFA, soit 100 millions FCFA pour chaque pays.

Ces Fonds communs pour la jeunesse et la femme ont connu des avancées, notamment l’opérationnalisation des Fonds et l’introduction des projets d’arrêté de désignation des membres du Comité technique. Le sommet de Ouagadougou doit donner un coup d’accélérateur à son déploiement.

Sur les autres questions, en mai dernier, se sont tenus, à Bobo Dioulasso, les travaux du Comité Conjoint de Suivi et d’Evaluation (CCSE) des décisions et recommandations du Traité d’Amitié et de Coopération entre la République de Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Au cours des travaux, chaque chantier a été passé au peigne fin. Les parties ivoiriennes et burkinabé ont procédé à l’évaluation de la mise en œuvre des décisions et recommandations du 7e Tac. Les domaines politique, diplomatique et de l’intégration régionale, de la défense et de la sécurité, des infrastructures routières et ferroviaires, de l’énergie et des mines, de la coopération administrative et transfrontalière, de la fluidité du trafic, de la libre circulation des personnes et des biens ont été analysés. Les entraves relevées ont été soumises aux travaux des experts qui ont eu lieu samedi dernier dans la capitale burkinabé.

Hier, les Premiers ministres ivoirien et burkinabé ont reçu ces différents dossiers qu’ils ont passés en revue. Ils ont aussi parlé économie, industrie, commerce, artisanat, tourisme et culture. Ainsi que des postes, de la communication, des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication, de la fonction publique, de l’agriculture, du foncier rural, des productions animales et des ressources halieutiques, de l’eau, de l’environnement, des changements climatiques et de la gestion durable des forêts, de l’éducation, de la formation professionnelle, de la recherche scientifique, de la solidarité, de l’emploi, de la jeunesse, du sport, de la santé, des affaires sociales, de la femme et du genre.

Ce sont donc tous ces sujets qui seront sur la table du Conseil des ministres conjoint de ce jour.

Le Président Ouattara quitte Ouagadougou cet après-midi pour Nouakchott où il assistera à l’investiture du nouveau Président mauritanien.

De nos envoyés spéciaux
Amédée Assi et Bledson Mathieu