• Accueil
  • Nos Unes
  • Aménagement du carrefour de l’Indénié: Les travaux officiellement lancés lundi

Aménagement du carrefour de l’Indénié: Les travaux officiellement lancés lundi

mardi, 17 septembre 2019 09:57
Une vue en 3D du giratoire de l’Indénie. Une vue en 3D du giratoire de l’Indénie. Crédits: Bosson Honoré

La cérémonie s’est déroulée en présence de plusieurs membres du gouvernement et des représentants des partenaires intervenant sur le projet.

C’est au nom du Premier ministre qu’il représentait que le ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, a procédé hier au lancement officiel des travaux d’aménagement du carrefour de l’Indénié estimés à 24 milliards de Fcfa, dans le cadre du projet de sauvegarde et de valorisation de la baie de Cocody.

L’ensemble des ouvrages sont attendus dans 21 mois. Concernant le carrefour proprement dit, il s’agira de la construction d’un canal en béton à ciel ouvert de 49 m de largeur et d’environ 200 m de longueur. Les travaux portent également sur la réalisation de deux ouvrages au nord et au sud de l’Indénié d’une longueur de 55 m et d’une largeur de 12 m, permettant de franchir le canal de la baie de Cocody.

L’élargissement du pont autoroutier existant d’une longueur de 64 m et d’une largeur de 6,5 m figure parmi les travaux à réaliser, en plus du pont de Fraternité Matin - de 45 m de long et 8 m de large – qui sera construit entre Adjamé et le Plateau. Sans oublier la création de deux nouvelles voies bitumées d’une longueur de 4, 160 km et d’un fly-over (pont routier en hauteur) d’une longueur de 154 m au Carrefour Réboul, permettant aux véhicules de franchir ledit carrefour sans marquer d’arrêt.

Un projet fort en symbole

Avant de lancer les travaux, Hamed Bakayoko a relevé le caractère symbolique du projet au-delà de sa valeur technique, économique et sociale. A l’en croire, il faut voir à travers ce chantier la volonté du Premier ministre de mettre fin aux souffrances et au désagrément que cette partie d’Abidjan a causé aux populations depuis des décennies, avec son lot d’inondations, d’accidents et d’embouteillages notamment. Cela, conformément à la vision du Président de la République de faire entrer la Côte d’Ivoire dans une nouvelle ère où ces situations tristes seront un passé lointain.

Surtout que cette intersection est empruntée quotidiennement par plus de 150 000 véhicules et que ce chiffre est appelé à augmenter rapidement. C’est en cela que le ministre d’État, ministre de la Défense a souligné l’attachement du chef du gouvernement à la qualité des travaux et au délai de livraison de l’ouvrage.

Cet appel aux opérateurs chargés de la réalisation et du contrôle des travaux a été relayé par le ministre de l’Équipement et de l’Entretien routier, Amedé Koffi Kouakou. « Nous invitons les entreprises en charge du projet à s’engager fermement relativement à la qualité des travaux et à livrer les ouvrages dans les délais impartis », a-t-il lancé.

Le fruit de la coopération ivoiro-marocaine qui marche

Outre son caractère éminemment stratégique pour la fluidité routière au cœur de la ville d’Abidjan, le carrefour de l’Indénié constitue le fruit d’une coopération économique et politique fructueuse entre la Côte d’Ivoire et le Royaume du Maroc, initiée par les anciens dirigeants Félix Houphouët-Boigny, et Sa Majesté Hassan II, et amplifiée par le Président Alassane Ouattara et le Roi Mohammed VI.

Abdelmalek Kettani, ambassadeur du Maroc en Côte d’Ivoire, a tenu à souligner cette convergence de vue entre les deux chefs d’État. Mais également l’étroitesse des relations entre la Côte d’Ivoire et le royaume chérifien dans un esprit de coopération Sud-Sud réussie dans l’intérêt de leurs populations respectives.

Le chef de la mission diplomatique marocaine en Côte d’Ivoire a profité de l’occasion pour réaffirmer le caractère « indéfectible » des relations entre les deux pays et l’engagement du gouvernement marocain à accompagner la Côte d’Ivoire dans son processus de développement.

Plusieurs membres du gouvernement ont participé à la cérémonie, notamment Kandia Camara, ministre de l’Éducation nationale, et Bruno Koné, en charge de la Construction, du Logement et de l’Urbanisme.

ABOUBAKAR BAMBA