Print this page

Adéquation démographie et développement: Des experts sous-régionaux mènent la réflexion

mercredi, 14 août 2019 17:30

A l’initiative de la Konrad Adenauer-Stiftung, les rapports entre le développement et la démographie pour une Afrique prospère ont fait l’objet d’un atelier à Grand-Bassam.

« Il nous faut léguer la planète à nos descendants telle qu’elle nous a été laissée ». C’est la recommandation faite par Gustave Bambara, directeur des études et de la Planification au ministère de l’Economie du Burkina Faso.

C’est dans cette logique que la Konrad Adenauer-Stiftung (Kas) - la fondation politique allemande - a réuni sur deux jours, à Grand-Bassam, du 8 au 9 août, plusieurs experts de la sous-région et même de l’Allemagne pour débattre de la problématique « Démographie et développement économique en Afrique de l’Ouest ».

Pour l’expert burkinabè qui intervenait sur le thème : « Démographie et développement durable », l’alliage des deux phénomènes est important parce que la reproduction a souvent des répercussions néfastes sur l’environnement. Ceci étant, chaque pays doit, soit revoir son mode de consommation et de production, soit chercher à maîtriser sa croissance démographique  proprement dit. Car, prévient-il, autant nous avons des personnes à nourrir, autant nous agissons sur notre environnement. Surtout  que « l’Afrique ne dispose pas encore d’une bonne technologie pour améliorer sa production et son rendement ». Il faut, pour ce faire, conseille-t-il, ponctionner le capital productif africain en réduisant la démographie qui est à un taux d’environ 2,7%.


Selon Gustave Bambara, nous devons, comme le préconise le développement durable, satisfaire nos besoins actuels sans compromettre ceux des générations futures. C’est pour cette raison qu’il souhaite que les pays africains repensent leurs productions urbaines.

Au nom de la ministre du Plan et du Développement, Dr Hinin Moustapha, directeur général de l’Office national de la population, a salué l’initiative parce que la majorité des pays africains, y compris la Côte d’Ivoire ont, depuis 2011, une démographie galopante. Concernant le pays cité, les indicateurs de croissance ont doublé mais la richesse par habitant, bien qu’ayant évoluée, reste en deçà des attentes. C’est pourquoi il invite les experts venus du Burkina Faso, du Bénin, du Niger, de la Guinée, du Togo, du Mali, de l’Allemagne et de la Côte d’Ivoire, à bien mener les réflexions dans ce sens afin d’éviter aux pays africains des difficultés à long terme.


Tout comme lui, Florian Karner, représentant résident de la Kas, compte sur la réflexion commune de ces experts pour trouver la solution viable et pérenne face aux enjeux démographiques actuels. Cette réflexion permettra d’offrir une formule idoine aux dirigeants africains et aux populations pour une Afrique prospère et rayonnante.

HERVE ADOU