• Accueil
  • Nos Unes
  • Abobo: Hamed Bakayoko promet des mesures ‘’rapides et impopulaires’’ pour transformer la commune

Abobo: Hamed Bakayoko promet des mesures ‘’rapides et impopulaires’’ pour transformer la commune

dimanche, 09 décembre 2018 17:37
Hamed Bakayoko se donne un à deux ans, pour changer le visage de la commune d’Abobo. Hamed Bakayoko se donne un à deux ans, pour changer le visage de la commune d’Abobo. Crédits: DR

Après les populations, il y a environ un mois de cela, le conseil municipal a élu le samedi 8 décembre, après-midi, le nouveau maire et ses six (6) adjoints.

La nouvelle équipe dirigeante de la commune d’Abobo, pour les 5 prochaines années, est désormais connue. Elle est conduite par le ministre d’État, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko (le maire). Logique, puisqu’il était la tête de la liste élue, lors des élections municipales du 13 octobre dernier.

C’est l’information majeure qui ressort de la séance de travail qui a réuni, samedi, dans les locaux de ladite mairie, 43 conseillers municipaux sur les 50 dont a droit la commune, conformément aux dispositions prévues par les textes. Les 7 autres, dont Albéric Mandjoba et Koné Tehfour, ayant brillé par leur absence, pour diverses raisons.

Cette élection en interne s’est tenue sous la supervision du préfet de région, préfet du département d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié. Le nouveau maire, Hamed Bakayoko, a été élu à 100% par les 43 conseillers présents. Il aura pour 1ère adjointe au maire, Mme Brou Adjoua Jeanne épouse Peuhmond ; 2e adjoint au maire, Touré Idrissa Kennedy ;  3e adjoint au maire, Koné Siaka ; 4e adjoint au maire, Ouattara Ibrahim ; 5e adjoint au maire, Kouamé Benzème et 6e adjoint au maire, Kpan Georges. Il travaillera également avec 43 conseillers municipaux, au nombre desquels la ministre Kandia Kamissoko Camara. La passation des charges est prévue dans les prochains jours, selon le Préfet de région, Préfet du département d’Abidjan. 

Les promesses à concrétiser…

Prenant la parole à l’issue du vote, le nouveau maire d’Abobo a exprimé, avec la fougue qu’on lui connaît, son impatience de passer à l’action. « Nous sommes plus que pressés de commencer le travail. Vous pouvez compter sur nous. Nous irons très vite. Des mesures rapides et impopulaires seront prises pour transformer la commune. J’aurai besoin de votre soutien. Car, elles seront bonnes pour la commune. Nous allons travailler. Nous allons faire très sérieusement le travail pour apporter des solutions à toutes les préoccupations des populations d’Abobo ». Et de poursuivre: « Nous allons traiter avec sérieux et efficacité les questions de sécurité, de salubrité et d’infrastructures routières à Abobo. Nous allons faire en sorte de réduire la pauvreté à Abobo ».

Il a aussi tenu à réaffirmer, comme pendant la campagne, qu’il bénéficie de la bénédiction du Président de la République, Alassane Ouattara. « Aujourd’hui encore, le Président de la République, m’a demandé de transformer dans un délai de un ou deux ans tout Abobo. De faire en sorte que les résultats soient concrets et palpables. Vous pouvez compter sur nous ».

Hamed Bakayoko pense  que les populations d’Abobo « ont soif qu’on leur apporte au prorata de ce qu’ils ont apporté, dans la lutte pour l’avènement d’une Côte d’Ivoire de paix et de liberté ». Et pour ce faire, il se dit prêt à donner le meilleur de lui-même. « Tous les jours, vous verrez que la commune change. Tous les jours, nous allons progresser dans la réalisation de notre ambition pour Abobo. Abobo va étonner la Côte d’Ivoire. Abobo va faire tonner le cœur de tous les ivoiriens. Abobo sera la place où chacun aura envie de vivre », a-t-il insisté.

A ses adversaires d’hier…

Le nouveau maire a également lancé un mot d’apaisement à l’endroit de ses principaux adversaires lors des élections municipales du 13 octobre. « Je remercie mon grand frère, Albéric Mandjoba. Alors qu’il est hors du pays, il a envoyé une lettre pour s’excuser et nous dire que nous avons son soutien. Je remercie les membres de sa liste qui étaient présents. Ils ont voté, sans rien demander. Marquant ainsi leur disponibilité. Par contre, je n’ai pas vu les membres de la liste du jeune frère Tehfour. Pour ceux qui le connaissent, dites-lui que nous lui tendons la main. Le temps de l’élection est passé. »

CASIMIR DJEZOU