• Accueil
  • Nos Unes
  • Éducation : Les enseignants exhortés à l’esprit patriotique

Éducation : Les enseignants exhortés à l’esprit patriotique

vendredi, 12 avril 2013 22:37
Kouyaté Abdoulaye a réaffirmé les efforts consentis par le gouvernement à l’endroit des enseignants. Kouyaté Abdoulaye a réaffirmé les efforts consentis par le gouvernement à l’endroit des enseignants. Crédits: archives

[12/04/2013. 22h37]Le chef de cabinet du ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement technique a lancé un appel aux grévistes.

Suite à la grève de l’Intersyndicale du secteur éducation/formation, le chef de cabinet du ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique, Kouyaté Abdoulaye, a échangé avec la presse. Mercredi dernier, au Plateau,  il a lancé un appel aux grévistes. Il les invite à faire prévaloir l’esprit de patriotisme. Afin que que l’école sorte des perturbations en vue d’obtenir des résultats probants. Car l’école, dans son fonctionnement, a trop souffert, depuis des décennies, de maux divers.  Surtout que l’on s’achemine vers la fin de l’année scolaire, relève-t-il.  
« Nous en appelons à une prise de conscience des enseignants. La Côte d’Ivoire vient de sortir d’une crise post-électorale. Malgré tout, des efforts sont faits par le gouvernement pour satisfaire leurs préoccupations », confie Kouyaté Abdoulaye. Avant d’ajouter que les grèves  retardent le déroulement normal du volume horaire annuel des cours. Alors que la Côte d’Ivoire veut tendre vers la norme qui oscille entre 1200 et 900 heures.
Il a souligné que le ministère de l’Education nationale et de l’Enseignement technique est toujours ouvert au dialogue avec les syndicalistes. Car sa vision est de repositionner le système éducatif avec la collaboration de tous les acteurs. Mais cela ne peut se faire que dans un climat apaisé. D’où son appel réitéré à la reprise des cours.
Rappelons que  l’Intersyndicale revendique entre autres, le paiement des 25% restants de la bonification indiciaire des instituteurs, le règlement des 25% restants des effets financiers du reclassement des enseignants du secondaire, le rétablissement de la ponction effectuée sur le salaire de leurs membres, à la suite de la grève de février dernier.
Le gouvernement a ajouté les 5000 F restants de la prime mensuelle de logement des instituteurs qui s’élève désormais à 40.000 F cfa. Soit 3 585 060 000 F par an. L’Etat a aussi payé 25% de la bonification indiciaire à la fin du mois de mars 2013 avec le rappel des mois de janvier et février. Portant ainsi, à 75%, le taux des engagements pris par l’Etat en 2007. 2 milliards de F cfa ont été décaissés en juillet 2012 pour le règlement de la première tranche du reliquat du Certificat d’aptitude pédagogique de 1988 à 1992. La seconde est annoncée pour mai prochain. D’autres accessoires de salaire n’ayant pas fait l’objet de revendications particulières non payées depuis 2009 ont été versés aux bénéficiaires. Des directeurs d’école, des maîtres d’application ont reçu des primes. Les maîtres de Cm2, des primes d’études surveillées. Soit un total de 603.millions F. 140.millions de F de carburant destinés aux conseillers pédagogiques de secteur leur ont été attribués, il y a quelques jours.
Au niveau du secondaire, 25% des effets financiers du reclassement des enseignants ont été payés à la fin du mois de mars  avec rappel des mois de janvier et de février. Les 25% restants seront régularisés en 2014. A  l’effet de porter à 100% le taux d’exécution des engagements pris par l’Etat qui a décaissé 45,9 milliards de F uniquement pour le secteur éducation-formation.
CHRISTIAN DALLET

• Des enseignants de Grand - Bassam veulent dialoguer

Nous voulons reprendre le dialogue.  Rétablissez- le  et vous verrez que nous ne sommes pas des va-t-en-guerre », a affirmé, hier,   Tanoh Olivier Patrick, porte- parole des grévistes. C’était  au cours de la rencontre initiée par le préfet avec les enseignants, parents d’élèves, éducateurs, le bureau local du Comité de gestion des établissements (Coges).
En effet, face aux conséquences de la grève des enseignants dans son département, le préfet de Grand-Bassam, Bedjé Djoman Mathias, a décidé de les sensibiliser à la reprise dès ce lundi, « l’Etat n’est pas sourd à vos revendications.  Seulement, sachez que le fonctionnement de l’Etat obéit à des prérogatives. Il y a beaucoup de contraintes de l’Etat que le citoyen ne peut toujours  maîtriser», dira-t-il,  tout en déplorant la manière forte  souvent utilisée par les grévistes pour empêcher leurs collègues de dispenser les cours. Les parents  d’élèves présents à cette rencontre et  le bureau local du Coges ont  exprimé leur impuissance face à la vacance des cours. Nonobstant , enseignants et le corps préfectoral se sont séparés sur un ton conciliant. 

Gueu Edison

Correspondant local

 

Read 1736 times Last modified on vendredi, 12 avril 2013 22:57