Tic: Des ensembles des d'activités pour les personnes handicapées

Tic: Des ensembles des d'activités pour les personnes handicapées

dimanche, 16 novembre 2014 12:46

Tic: Des ensembles des d'activités pour les personnes handicapées.

Comment intégrer les personnes handicapées de la Côte d’Ivoire dans le processus du développement desTechnologies de l’information et de la communication (Tic) et prendre en compte leurs préoccupations ?

Cette question a conduit le ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication à mettre en place un projet dénommé e-handicap. Pour Séverin Gragba, coordonnateur dudit projet,  l’e-handicap est l’ensemble des activités qui se développe autour de la personne handicapée en tenant compte de la révolution des Tic.

« Les handicapés font face à des difficultés parfois insurmontables quand ils veulent accéder aux nouvelles technologies : l'utilisation d'un ordinateur, l'accès à Internet, l'édition et l'impression d'un texte, la lecture d'un document peuvent être des tâches extrêmement complexes malgré leur simplicité pour un autre utilisateur », révèle-t-il.

En effet, la personne handicapée, selon son état, peut rencontrer des difficultés au niveau par exemple des sites Web: elle peut ne pas être en mesure de voir, entendre ou bouger.

Ou encore se trouver dans l’impossibilité de toucher un clavier ou souris pour utiliser son ordinateur et éprouver des difficultés à lire ou comprendre le contenu textuel. Il est donc important pour les concepteurs de pages Web de tenir compte de ces réalités. Par exemple, poursuit-il, un contenu textuel peut être présenté à l’utilisateur sous forme de voix synthétique, de braille et de texte affiché visuellement.

Etant donné que chacun de ces trois mécanismes utilise un sens différent (l’ouïe pour la voix synthétique, le toucher pour le braille et la vision pour le texte affiché). Tout comme les équivalents non-textuels du texte (tels que les icônes, les voix préenregistrées ou encore une vidéo de personnes traduisant le texte en langage des signes…) peuvent rendre des documents accessibles.

Aux personnes qui pourraient avoir des difficultés à accéder au texte écrit. Il en est de même pour la description auditive qui est assimilée à une information non visuelle. Ces technologies peuvent aider de nombreuses personnes souffrant de déficiences cognitives, de handicap d’apprentissage et de surdité.

Pour trouver une solution efficace à toutes ces difficultés, le coordonnateur du projet e-handicap plaide pour la mise en place des Tic accessibles en  Côte d’Ivoire. Selon Séverin Gragba, cette notion désigne un produit ou service qui peut être utilisé par tous ceux à qui il est destiné, compte tenu de ces différentes capacités.

« Par exemple, supposons qu’une personne malentendante souhaite appeler sur un téléphone mobile.  Elle utilise une technologie d’assistance appelée appareil auditif qui amplifie le son provenant de son environnement. L’appel n’est possible dans ce cas que si l’appareil auditif et le téléphone mobile sont compatibles. Dans le cas contraire, l’utilisateur entendra vraisemblablement un sifflement aigu, appelé réaction acoustique, lorsque le téléphone est placé à proximité de son oreille ». explique Séverin Gbagba.

C’est aussi le cas d’une personne malvoyante qui veut consulter un site web sur son ordinateur individuel. Il utilise alors un équipement complexe appelé lecteur d’écran, capable de convertir le texte de l’écran de l’ordinateur en paroles de synthèse.

Cette personne peut aussi naviguer sur un site web et saisir un texte en ligne utilisant le lecteur d’écran associé à un clavier. Mais dans ce cas, le lecteur d’écran doit exister en version locale (c’est-à-dire adapté aux besoins linguistiques et culturel du pays).

Par ailleurs, des dispositions particulières relatives à l’accessibilité des Tic doivent être prises. Elles portent notamment sur la « conception universelle », qui signifie que  la conception de produit d’équipements, de programmes et de services doit être utilisée par tous, dans toute la mesure possible, sans nécessité ni adaptation et conception spécifique. La « conception universelle » n’exclut pas les appareils et accessoires fonctionnels pour des catégories particulières de personnes handicapées.  

« Mais en Côte d’Ivoire, nous sommes souvent oubliés. Depuis l’année passée, nous entendons souvent dire que désormais, tous les candidats au concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration (Ena) doivent composer à partir de l’ordinateur. Avant de rendre publique cette décision, a-t-on pensé aux  personnes malvoyantes ? » S’interroge le coordonnateur du projet e-handicap.

ALFRED KOUAME

CORRESPONDANT

 

 

 

Lu 1252 fois Dernière modification le dimanche, 16 novembre 2014 12:50