E-commerce (Qnet): 2000 acteurs formés à la professionnalisation du marketing du réseau

E-commerce (Qnet): 2000 acteurs formés à la professionnalisation du marketing du réseau

lundi, 01 décembre 2014 14:18

E-commerce (Qnet): 2000 acteurs formés à la professionnalisation du marketing du réseau

La première convention internationale  sur le marketing de réseau s’est tenue du 28 au 30 novembre 2014 à la Fondation Félix Houphouët Boigny de Yamoussoukro. Plus 2000 participants venus du Benin,  Mali, Burkina Faso, Togo, Congo, Ghana, Gabon, Niger, Soudan, Côte d’Ivoire… ont été formés sur les techniques de la vente directe à travers l’e-commerce.

Les acteurs de ce système ont également échangé leurs expériences. Lors de la cérémonie d’ouverture de ce séminaire, Fofana Amaral, responsable du « Wave 15 », par ailleurs, directeur général  de Qnet  Afrique a justifié la tenue de ces assises. 

Effet, Selon lui, les travaux cette rencontre  de « haut niveau  sur la vente  directe »  porte sur le thème « start living ». C’est-à-dire,  commencer à donner un sens à la vie par la réalisation de des rêves, ou opérer un grand changement dans la vie de tous les participants grâce aux techniques de vente directe qui sont enseignés pendant ces trois jours.

Avant d’ajouter que c’est la première rencontre du genre sur le marketing de réseau. « Nous avons entre autres objectifs, la formation des acteurs et des distributeurs, notamment les représentants indépendants  de cette entreprise, informer largement les populations sur les opportunités offertes par ce business, lancer les bases de la création de l’association des acteurs de la vente directe », a-t-il déclaré.

Par ailleurs nous retenons des interventions des experts sur le marketing de réseau que c’est un secteur pourvoyeurs d’emplois. «  En effet le markéting de réseau emploi plus 80 millions de distributeurs dans le monde. En Afrique 500.000 acteurs,  vivent des activités liées à la vente directe. C’est donc une opportunité d’auto-emploi pour les  Ivoiriens, donc la réduction du chômage des jeunes », a révélé le responsable de Qnet en Côte d’Ivoire.

Faisant le bilan de leurs activités, Les  acteurs  ont jugé positif leur bilan. Par exemple, ils ont affirmé que cette entreprise implantée en Côte d’Ivoire en 2008 a créé 25.000 emplois avec un revenu de 930 millions de Fcfa distribués  aux « réseauteurs» pour le compte de l’exercice 2013. 

En outre, le nombre de distributeurs des produits de cette société est estimé à 150.000 personnes en Côte d’Ivoire.  «  Les Tic ont révolutionné le monde. Nous fonctionnons à 100% dans le domaine du e-commerce. Grâce aux Tic,  nous sommes toujours en contact direct avec nos bases », soutient-il. Concernant, les perspectives, les acteurs sont en train faire des démarches afin que des produits ivoiriens soient intégrés dans la vente directe

Au niveau de la formation, le séminaire a enregistré la participation d’Adly Ahmed Hassane, expert soudanais dans le marketing de réseau,  V Partner (instance suprême  coordonnant toutes les activités du Qnet. Celui-ci a instruits l’assemblée sur les compétences ces nécessaires pour être efficace en vue de mettre en place un réseau dynamique.

A travers son enseignement, le public a découvert   que  ce réseau de distribution directe, n’est pas à confondre au système de commercialisation pyramidale de produits encore moins aux maisons de placement d’argent. « Au contraire,  c’est  un modèle de vente où l’entreprise crée une opportunité pour ces clients en leur donnant la possibilité de distribuer les produits, directement sans passer par des intermédiaires.

Ils s’appuient sur les outils Tic pour avoir des réseaux denses. C’est pour quoi,  déjà les acteurs appellent les autorités compétentes  à protéger le marketing de réseau qui est « une profession ».

Au terme des travaux, leaders et représentant indépendants les plus méritants ont été distingués.

Dans le secteur du network marketing combiné au e-commerce, l’entreprise Qnet fait partie de celles qui attirent de nombreux Ivoi riens. Fofana Amaral, consultant en management,  l’un des fondateurs de  markéting de réseau en Côte d’Ivoire, par ailleurs, Dg de Qnet en Afrique affirme que cette entreprise implantée en Côte d’Ivoire en 2008 a créé 25 000 emplois avec un revenu de 930 millions de F cfa distribués  aux « réseauteurs » pour le compte de l’exercice 2013. 

En outre, le nombre de distributeurs des produits de cette société est estimé à 100.000 personnes en Côte d’Ivoire.  «  Les Tic ont révolutionné le monde. Nous fonctionnons à 100% dans le domaine du e-commerce. Grâce aux Tic,  nous sommes toujours en contact direct avec nos bases », soutient-il.

En effet, cette interconnexion constante avec ses représentants dans le monde permet à coup sûr d’éviter des dérapages dus à des intermédiaires entre la direction de la société et ses bases. Aujourd’hui, cette entreprise offre à tous ses représentants indépendants repartis dans le monde un site internet via la plateforme technologique mise  à leur disposition.

Cet outil leur permet  de mieux promouvoir leurs activités et offre par la même occasion des options, telles que la présentation de la société, les nouveaux produits disponibles, la possibilité de faire des achats en ligne…

C’est à travers cette plateforme électronique que s’effectuent toutes les transactions de cette entreprise avec l’ensemble des membres du réseau (représentants indépendants, clients, autres travailleurs de la direction générale et les filiales…)

 « Notre activité repose sur l’informatique, et de ce fait, nous explorons toutes les voies d’amélioration possibles de nos services », affirme le responsable informatique de cette entreprise.

Après quelques années d’activités en terre ivoirienne, Fofana Amaral dresse un bilan satisfaisant de l’implantation du marketing de réseau dans ce pays. Outre l’important nombre d’emploi susmentionné, il ajoute qu’il y a une révolution dans les habitudes des jeunes diplômés.

Cela se traduit par le fait que, désormais, ils cherchent à se créer des emplois avec tout ce que les Tic mettent à leur disposition au lieu d’attendre d’être embauché par l’Etat.

Par ailleurs, selon lui, actuellement, 60% des produits vendus par ce réseau concernent le secteur de l’éducation et de la formation. C’est-à-dire que de nombreuses personnes se forment par des cours à distance via Internet pour être créatives et compétitives sur le marché de l’emploi. Cela devient alors une alternative au problème de formation.

ALFRED KOUAME

CORRESPONDANT

 

Lu 1791 fois Dernière modification le lundi, 01 décembre 2014 14:29